Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

La courbe de contamination grimpe: un second confinement n’est pas à exclure

La courbe de contamination grimpe: un second confinement n’est pas à exclure

Le point sur la situation du Covid-19 ne s’améliore pas. Le bilan d’hier n’a donné aucun signe encourageant. Le nombre de cas positifs ne recule pas, au contraire, car 18 nouveaux cas viennent s’ajouter à la liste des personnes contaminées à Madagascar. Et le virus est très actif actuellement dans les villes de Toamasina et Moramanga. 

La situation continue de s’aggraver dans la ville portuaire et prend de l’ampleur à Moramanga. Parmi ces 18 personnes infectées, 11 sont localisées à Moramanga, cinq à Toamasina et deux dans la capitale. D’après les chiffres annoncés par le professeur Hanta Vololontiana, hier, 13 sont testés positifs le 13 mai et les cinq autres, trois hommes et deux femmes, à l’issue des contre-tests con­join­tement menés par l’Ins­titut pasteur et le centre Charles Merieux à Ankatso.

Au total, depuis l’apparition du premier cas, 230 personnes ont été testées positives au coronavirus, dont 108 cas de guérisons. 122 malades se trouvent encore en traitement à l’hôpital.

Sous cet angle, Toamasina et Moramanga risquent fort d’être frappés de plein fouet par le coronavirus. Sans prise de conscience de la popu­lation quant à l’importance du respect des mesures sanitaires et prise de responsabi­lité des autorités locales pour éviter un scénario catastrophique, le nombre de cas contacts pourrait exploser en l’espace de quelques jours. D’ailleurs, les observateurs craignent des effets dévastateurs du virus dans ces ré­gions.

Après Andry Rajoelina, récemment, une délégation composée de six membres du Gouvernement  conduite par le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation et président du CCO, Tianarivelo Razafimahefa, a effectué un déplacement dans la capitale Betsimisaraka, hier.

En ligne de mire, le renforcement de la sensibilisation auprès de la population locale. A cette occasion, il a réitéré que toutes personnes en contact avec les employés d’Ambatovy devront passer des tests. « Nous ne devons pas les mettre à l’écart », a  déclaré le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, en appelant, au passage, tous ceux qui présentent des symptômes à consulter un médecin.

J.P  

Les commentaires sont fermées.