Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Départ des foyers épidémique à Toamasina: Madagascar franchit la barre des 200 cas

Départ des foyers épidémique à Toamasina: Madagascar franchit la barre des 200 cas

Le rythme de contamination au coronavirus s’accélère à Madagascar. Le nombre de cas positifs continue de progresser. 20 nouvelles contaminations hier, dont 15 à Toamasina qui est actuellement le premier foyer du virus à Madagascar. A Antananarivo, le chiffre est en baisse par rapport aux jours précédents. 

Le coronavirus gagne
du terrain dans la ville portuaire. La situation risque de virer à la catastrophe si les mesures ne sont pas renforcées. En 24 heures, 20 nouveaux cas confirmés au Covid-19 ont été dépistés, dont 15 à Toamasina (6 hommes et 9 femmes), 3 à Mora­manga (2 hommes et une femme) et 2 à Antananarivo. Leur âge varie entre 18 et 67 ans.

Au total, Madagascar compte 212 personnes atteintes du coronavirus depuis le 19 mars. 93 d’entre elles ont été détectées dans la ville de Toamasina. Pour l’heure, 73 malades, c’est-à-dire les 2/3, sont encore hospitalisés.

A entendre le porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) « Covid-19 », le professeur Hanta Vololontiana, la majorité des personnes touchées à Toamasina ont été en contact avec des personnes déjà malades. Des employés de l’usine d’Ambatovy les auraient contaminés selon toujours les explications. Une propagation favorisée par le non-respect des gestes barrières depuis le début du déconfinement progressif.

Dispositifs renforcés

A travers ces chiffres, il n’y a pas photo, le coronavirus circule activement dans la ville de Toamasina. Sous l’épée de Damoclès, la province de Toamasina a renforcé les mesures déjà prises. Les barrages sanitaires ont été ainsi multipliés sur la RN2 et l’annulation de l’autorisation d’entrée et de sortie de la ville est maintenue.

Des départements tels que le ministère de la Justice, ont également décidé de revenir sur la décision prise pendant le confinement, c’est-à-dire l’instauration d’un service mi­nimum. Une mesure qui pourrait être de nouveau appliquée à Antananarivo, d’après les précisions du ministre de la Justice, Johnny Richard Andriamahefarivo, hier.

Tsilavin Randriamanga

Les commentaires sont fermées.