Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Politesse citadine

Samedi dernier, vers 11 heures du matin, une dame d’un certain âge, récemment arrivée de la campagne où elle avait été très éprouvée par la fièvre, venait de héler unpousse aux Quatre-chemins.

Les dignes conducteurs s’approchaient avec leur véhicule lorsqu’un jeune faux-col, portant lunettes jaunes, débouche de la rue Romain-de-Fossés, s’installe dans le pousse et file au nez de la dame sans que cette dernière dans son ébahissement n’ait pu que prononcer : « Eh bien ! en voilà de la politesse ! » Les deux braves polices témoignent de la scène se sont bien gardés d’intervenir et la dame dut regagner, à pied, tant bien que mal, le quartier d’Ambohijatovo.

Voilà 25 ans que nous éduquons ce peuple et c’est dans un centre comme Tananarive que ces choses se passent ; une dame ne pourra plus bientôt suivre un trottoir sans que le Malgache venant en sens inverse ne l’oblige à descendre sur la chaussée. Nos jeunes freluquets n’osent pas encore manquer de respect aux « vazahalahy », mais ça viendra. On a voulu, en haut lieu, brûler les étapes et on a oublié que l’éducation d’un peuple est une œuvre de longue haleine, qui demande non seulement de la justice, mais aussi beaucoup de fermeté.

Les conséquences amères d’une pareille aberration se font déjà sentir et ce n’est pas malheureusement fini…

— Grâce à qui ?

 

Un accident

 

Très bien la plaisanterie de l’Action relativement à ce facteur des postes écrasé par un sac postal remplit de messages de félicitations adressés au gouverneur intérimaire pour la politique libérale et les décisions heureuses prises durant son passage aux affaires.

Il paraît, en effet, qu’il y a deux opinions d’après M. le Gouverneur intérimaire :

1° celle que l’on voit et entend ;

2° l’autre… que l’on ne voit pas et que lui seul entend.

Celle-là seule compte à Antaninarenina ; l’autre pas, ce n’est que celle des contribuables.

Allons tant mieux.

Autrefois, on criait : Vive la Ligue !

Aujourd’hui nous crierons plus fort que jamais : Vive l’Union !

La Tribune de Madagascar

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.