Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Période de confinement: les tensions et disputes familiales sont-elles inévitables ?

Période de confinement: les tensions et disputes familiales sont-elles inévitables ?

Des disputes voire des violences conjugales augmentent avec le confinement. La psychologue, Koloina Andrianilaina répond à nos questions. 

. Les Nouvelles : Des disputes éclatent plus fréquemment au sein des couples entre parents et enfants en cette période de confinement, c’est vraiment inévitable ?
– Koloina Andrianilaina : Etant confiné, on sacrifie notre liberté au sens propre comme au figuré. On a plus le droit de sortir et doit changer nos habitudes qui sont une source de stress et d’agacement. Du coup, on a tendance à chercher des petites bêtes. La moindre contrariété est sujette aux disputes et très vite, la tension monte.

. Malgré tout, le confinement permet aux familles de passer de bon temps ensemble, c’est une sorte de retrouvailles même…
– Certes au début, l’ambiance joviale, agréable et joyeuse s’installe, d’autant que c’est rare de voir tout le monde réuni en dehors du week-end ou des jours fériés. Le courant passe bien. Mais très vite, on commence à trouver le temps long. Le quotidien à la maison devient monotone à tel point que notre patience et notre tolérance atteignent rapidement leur limite.

. Alors que tout le monde doit rester à la maison…
– Plus le confinement se prolonge, plus l’inquiétude face à la propagation du coronavirus s’empare de tout le monde. Toutes les activités ne sont plus à l’arrêt, elles sont à l’agonie. Et, il ne faut pas oublier que le fait de rester à la maison en famille augmente considérablement les dépenses au quotidien en nourritures. Au bout de 3 semaines de confinement, le budget familial est dans le rouge. C’est pourquoi, ce climat anxiogène devient un climat de peur…

. Comment se manifeste cette peur ?
– De plusieurs manières. Les crises émotionnelles chez les adultes, c’est-à-dire des colères, des frustrations… Chez les enfants, la peur peut provoquer une énurésie. Il arrive qu’ils pleurent sans raison apparente et peuvent devenir des vrais pots de colle, au point de refuser de dormir seuls la nuit. Les parents se sentent alors envahis dans leur espace personnel et vont s’énerver au lieu de rassurer leurs enfants.

.Les parents jouent-ils aussi un rôle majeur durant le confinement ?
-Effectivement, ils doivent établir une sorte de règles fixant la responsabilité de chacun afin d’éviter la monotonie à la maison. Quant une dispute éclate entre les enfants, ils doivent privilégier les dialogues et les échanges au lieu de lever la voix ou de crier pour remettre de l’ordre.

. La vie de couple est aussi soumise à rude épreuve durant le confinement…
– Oui, des disputes des couples éclatent aussi fréquemment en cette période de confinement. La vie de couple cloitré dans un espace restreint tout au long de la journée et pendant des semaines, peut devenir difficile et la prise de bec est inévitable.

. Quels sont vos conseils ?
– Premièrement, il faut prendre conscience que le confinement n’est pas une mesure d’oppression, mais a été décidé pour protéger la population du coronavirus. Sans cette prise de conscience, on a du mal gérer les contraintes du confinement. Il faut planifier la journée tout en mettant en place une routine qui permet de garder des repères. Il faut varier aussi les activités sans trop charger l’emploi du temps et assigner des tâches aux membres de la famille afin de les occuper.

Deuxièmement, il faut être bienveillant envers soi-même, pour être bien dans sa peau, lorsqu’on a l’impression d’être débordé ou submergé. Pour y parvenir, il faut prendre un moment pour soi, pour se ressourcer : lire, écouter de la musique, faire de la méditation, des activités physiques si possible… et disposer d’un espace personnel et ce, à tour de rôle s’il n’y a pas suffisamment de pièces à la maison.

Troisièmement, écouter en boucle les informations entraine un sentiment d’angoisse. Pour les enfants, l’exposition aux écrans favorise la dépendance et l’addiction.

Propos Recueillis par Sera R.

Les commentaires sont fermées.