Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Révision annuelle de la liste électorale: la Ceni dans l’embarras

Révision annuelle de la liste électorale: la Ceni dans l’embarras

Bien que plusieurs activités soient à l’arrêt à cause du confinement la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) poursuit les siennes. L’organe est d’ailleurs en pleine révision annuelle de la liste électorale. Un système de permanence a été mis en place afin d’assurer la continuité des activités malgré les difficultés rencontrées. « Les citoyens ne sont pas très présents au sein des Fokontany à cause du confinement », a indiqué le rapporteur général de la Ceni, Fano Rakotondrazaka, joint au téléphone hier. D’après lui, peu d’électeurs se présentent aux bureaux des Fokontany pour vérifier leur nom ou pour faire des rectifications. Une situation qui risque de pénaliser la liste électorale révisée à cause de certaines anomalies qui ne pourront être rectifiées sans la manifestation des électeurs concernés.
« Nous ne pouvons pas déroger aux textes qui fixent la date de clôture de la révision de la liste électorale au 15 mai », a fait savoir Fano Rakotondrazaka. D’autant plus que les 20 jours donnés aux fokontany pour les diverses réclamations sont déjà écoulés. Pour rappel, la liste électorale a été clôturée provisoirement le 15 février et renvoyée auprès des fokontany vers le début du mois de mars. « Les carnets commencent déjà à être acheminés auprès des commissions électorales des districts pour être enregistrés à la base en vue d’effectuer les opérations de dédoublements et autres rectifications », a expliqué le rapporteur général de la Ceni.
Pour l’heure, la Ceni se focalise sur la révision de la liste électorale, en attendant l’évolution de la situation sanitaire dans le pays. A noter qu’elle attend également le remplacement de son ancien vice-président, Thierry Rakotonarivo, qui a démissionné en mars. Il appartient cependant à l’Assemblée nationale de statuer sur le sujet étant donné que le démissionnaire a été nommé par les députés.

T.N

Les commentaires sont fermées.