Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mécanisation agricole – Black eyes: un gain de rendement

Mécanisation agricole – Black eyes: un gain de rendement

Outre les coûts de production de black eyes (lojy) et la mise en emballage, le conditionnement compose aussi les charges fixes. Des tâches manuels qui pèsent aussi lourds dans les prix de revient des producteurs et collecteurs, sans compter les pertes après récolte. Alors que la technologie évolue constamment
En fait, le programme Prosperer a comparé les couts de revient des travaux manuels, à ceux de la machine agricole comme la décortiqueuse. Dans la Boeny par exemple, décortiquer à la main un sac de 120 kg de black eyes, coûte 3.500 ariary. Une personne traite en moyenne cinq sacs par jour, soit 17.500 ariary pour les 600 kg.
Avec une décortiqueuse, on arrive à traiter une trentaine de sac de 120 kg, en une demi-journée. Et, cinq heures de travail nécessite cinq litres d’essence. A part le gain de temps, la perte nette s’est aussi réduite de plus de 16%. Ecosser 600 kg de black eyes coûte 17.500 ariary en travail manuel contre 3.200 ariary avec une machine.
Cinq associations paysannes (Mihary-Manerinerina, Ezaka-Masokoamena, Tamia-Ankaraobato, Kompalma-Ambatoboeny, Miraindraiky-Tsaramandroso) travaillent aujourd’hui avec le Prosperer Boeny pour sensibiliser les producteurs et vulgariser ces machines agricoles.

Arh.

Les commentaires sont fermées.