Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Antaniavo Antohomadinika : une intervention « musclée » de la police a failli dégénérer

Antaniavo Antohomadinika : une intervention « musclée » de la police a failli dégénérer

L’intervention jugée « musclée » de la police, en vue maîtriser un jeune homme, a failli dégénérer ce week-end à Antaniavo Antohomadinika. L’individu a été légèrement blessé. Ce qui a provoqué la colère des riverains.

Dans l’après-midi du samedi, des policiers en patrouille ont demandé à un vendeur de pomme de rentrer chez lui, conformément aux mesures du confinement. Celui-ci a répondu qu’il attendait juste d’être réglé par son client. Les policiers ont alors recommandé à l’acheteur, un jeune homme, de payer le vendeur. D’après la police, le jeune homme qui sentait l’alcool a haussé le ton. Il a dit qu’il a déjà réglé son achat. Les policiers ont vainement essayé de le calmer. Pire encore, selon la police, il a frappé l’un des policiers. Les policiers l’ont immobilisé. Il a été légèrement blessé. La police l’a emmené ensuite à l’hôpital. Après avoir donné les soins nécessaires, le médecin traitant lui a recommandé de rentrer. Entre-temps, des policiers ont été envoyés à Antohomadinika pour calmer la foule.

Par ailleurs, des témoins ont avancé une toute autre version. Selon leurs dires, le jeune homme attendait que le vendeur lui rende sa monnaie devant une épicerie encore ouverte. Au même moment, les policiers passaient pour vérifier si les mesures de confinement sont respectées. Le jeune homme a dû s’expliquer. Les policiers lui auraient donné des coups au motif de refus d’obtempérer. Excédés, les riverains et les passants ont commencé à se rassembler et ont caillassé la voiture des policiers. Certains jeunes ont également brûlé un pneu pour manifester leur mécontentement. Face à ce revirement de situation, les policiers ont rapidement quitté les lieux. Un autre policier a eu le temps de prendre sa moto pour repartir en trombe. Un autre n’a pas pu démarrer son deux-roues. Malgré la tension, personne ne l’a frappé. Les gens ont même pris le temps de le ramener au commissariat des 67 Ha.

Un peu plus tard, la famille du jeune homme blessé s’est rendue au commissariat pour remercier la police qui avait pris la peine de faire ausculter ce dernier malgré son agressivité.

Felana Michelle

Les commentaires sont fermées.