Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Solution individuelle face à des défis collectifs

Solution individuelle face à des défis collectifs

Confinement total ou pas. Comment éviter le pire ? Tel est le dilemme auquel les dirigeants du monde entier, et notamment des pays en développement, doivent faire face. De ce dilemme, apparemment, il est encore difficile de trouver une réponse adéquate. Dans une récente déclaration à la presse, le président du Bénin, Patrice Talon n’est pas allé par quatre chemins pour dire tout haut ce qu’il pensait. « Comment peut-on décréter un confinement général de longue durée dans le contexte de l’Afrique subsaharienne où 80% de la population vivent d’un emploi non salarié ! », s’est-il interrogé. A cela s’ajoute le nombre élevé des membres d’une famille africaine. Réaliste pour certains, irresponsable pour d’autres, il n’en demeure pas moins que ses propos sont sujets à des questionnements légitimes. La preuve, il suffit de voir comment les mesures prises par les Etats d’Afrique sont suivies par la population.

En tout cas, les autorités malgaches ont apparemment pris la mesure de l’ampleur de la situation en choisissant le confinement partiel d’abord. Comme l’avait souligné dernièrement le Chef de l’Etat, Madagascar est encore au stade de 1 du Covid-19. Ce qui suppose, du moins à l’heure actuelle, une certaine marge de manœuvre pour les décideurs politiques. La suite dépendra de ce que l’évolution de la situation permettra. L’apparition de deux cas contacts récemment pourra, à ce titre, changer la donne. Il est en effet difficile d’évaluer les dégâts qui pourraient être causés par cette pandémie si, par malheur, des porteurs sains se baladent au sein de la population.

Ceci étant, au-delà des dispositifs pris par les gouvernants, le plus important, c’est plus la responsabilité personnelle et collective de tout un chacun. A l’heure actuelle, le pays ne dispose pas d’assez d’éléments des forces de l’ordre pour rester devant chaque foyer pour vérifier qui fait quoi quotidiennement mais tout dépend de la volonté de chacun. Personne ne sait ce qui va se passer demain mais il n’est pas encore trop tard pour prendre la mesure de ce virus.

J.P

Les commentaires sont fermées.