Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Retour aux bases

Retour aux bases

Malgré les mesures de confinement et l’urgence sanitaire, la population semble encore prendre la situation à la légère. Faut-il des morts pour se rendre compte de la gravité de la situation ? Quoi qu’il en soit, cet épisode nous aura appris, aux Malgaches, mais aussi au monde entier, des choses basiques de la vie. Qui aurait cru qu’en 2020, il fallait encore apprendre aux gens comment se laver les mains correctement, à tousser et à éternuer dans le coude ou encore à respecter une distance d’un mètre avec son interlocuteur.

Des règles d’hygiène de base qui, finalement, ne sont pas encore totalement acquises vu le contexte actuel. A Madagascar, leur application est quasi impossible lorsqu’on sait que toute occasion est bonne pour se réunir, faire la queue ou tout simplement cracher par terre.

Forcément, comme dans les pays les plus touchés, le Covid-19 va changer nos bonnes et mauvaises habitudes. Se serrer la main est à déconseiller. De plus, les embrassades, les bises et les câlins sont maintenant interdits. Il est vital de ne pas toucher n’importe quoi. L’attitude et le comportement doivent changer, car le coronavirus est un ennemi invisible et imprévisible. C’est pourquoi le seul remède efficace pour freiner sa propagation est de rester chez soi, d’appliquer à la lettre les règles d’hygiène et la distance sanitaire.

Et si finalement cette pandémie était un test pour l’humanité. Réapprendre à vivre ensemble, à économiser, à se supporter, mais surtout à s’entraider. Et, la Chine a été la première à s’en apercevoir. Après deux mois de confinement, ce grand pays a compris qu’il fallait se soutenir pour s’en sortir. Mieux encore, elle vient en aide à présent à 89 pays dans le monde dans cette lutte contre le Covid-19. Suprématie oblige peut-être, mais le résultat est là.

Pendant ce temps, à Madagascar, les gens préfèrent se chamailler sur la véracité ou non du nombre de cas positifs au coronavirus déclarés par les autorités. Le chemin risque d’être encore long et… tumultueux.

T.N

Les commentaires sont fermées.