Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Le bilan passe à 26 cas confirmés : vers un durcissement du confinement

Le bilan passe à 26 cas confirmés : vers un durcissement du confinement

Ces derniers jours, la vie semble avoir repris son cours normal dans la Capitale et ses environs, malgré les mesures de confinement. Un flagrant délit d’insouciance qui a poussé les forces de l’ordre à durcir les mesures, surtout après 4 nouveaux cas confirmés au coronavirus dont un jeune de 32 ans, ne faisant pas partie des passagers en provenance des pays étrangers.

Face au laisser-aller et au non-respect des règles de confinement, « Un contrôle strict des véhicules et des personnes qui sortent encore de leur domicile sera renforcé », a annoncé le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa, hier.

Dès le début de l’après-midi, les forces de l’ordre ont érigé des barrages un peu partout dans la capitale. Tout véhicule ne disposant pas d’une autorisation a été sommé de rebrousser chemin sur-le-champ. Des 4×4 de la gendarmerie ont aussi sillonné plusieurs quartiers populaires pour rappeler les citoyens à l’ordre et pour les intimer à rentrer chez eux. « Restez à la maison », ont martelé au mégaphone les éléments de la gendarmerie. Comme par magie, Antanimena, 67Ha, Antomadinika sont devenus des quartiers fantômes.

Depuis quelques jours, le train-train quotidien semble effectivement avoir repris son cours normal dans plusieurs quartiers de la capitale. Les embouteillages font même leur apparition alors que l’Etat d’urgence sanitaire est décrété dans le pays.

En parallèle, les chefs de fokontany ont également commencé à prendre leurs responsabilités en interdisant l’ouverture des épiceries après midi, l’heure fixée pour leur fermeture. Dans certaines rues comme à Ambani­dia ou à Anka­dim­bahoaka, les autorisations de circuler des véhicules ont été contrôlées à la loupe. Même des piétons ont reçu l’ordre de rentrer chez eux.

« Vous êtes priés de rester chez vous. Tout le monde peut contracter le virus au moindre contact avec une personne infectée. C’est pourquoi nous devons suivre les consignes à la lettre », a lancé Tianarivelo Razafimahefa.

Risque sanitaire

Ce ministre qui est également le président du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 a exprimé son indignation face au comportement de certains citoyens qui laissent encore leurs enfants jouer à l’extérieur. De même pour les personnes qui sortent de leur foyer sans aucune raison valable.

En cette période de crise, des mesures strictes sont également prises à l’encontre de gens qui véhiculent des rumeurs dans le dessein de semer la panique auprès de la population. A ce sujet, les autorités veillent en permanence afin de détecter les fausses informations sur le coronavirus qui sont publiées sur les réseaux sociaux.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.