Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Désinformations, dénigrements…: le président monte au filet

Désinformations, dénigrements…: le président monte au filet

 

Sur un ton ferme, le président de la République, Andry Rajoelina, a tenu à répondre hier, aux critiques contre  les efforts entrepris par l’Etat ainsi qu’à la  désinformation sur le coronavirus.

En dépit des efforts du gouvernement, certains militants de l’opposition continuent d’insinuer que l’Exécutif ne dit pas tout sur le nombre de personnes touchées par la pandémie de coronavirus, à Madagascar. Lors de son intervention hebdomadaire hier, le chef de l’Etat, Andry Rajoelina, a rappelé que la lutte menée par les dirigeants actuels concerne tous les Malgaches sans exception. A ce sujet, il insiste sur la nécessité de la solidarité.

Le Président n’a pas mâché ses mots à l’encontre des détracteurs du régime qui continuent de  propager le virus de la confusion  au sein de la population. « Personne n’a intérêt à ce que le virus se propage au sein de la population », a-t-il martelé. « Ce n’est pas moi, ni les ministres qui font les dépistages de ces personnes. C’est l’Institut pasteur sous le suivi de l’OMS », a-t-il ajouté.

Jusqu’à hier, en effet, seuls vingt-trois cas ont été répertoriés parmi les personnes dépistées. Des internautes, notamment les très actifs au sein des groupes des opposants au régime, estiment que les chiffres officiels fournis par le Centre opérationnel, seraient loin de la réalité.

Ennemi commun

Ces opposants font le parallèle entre la situation dans d’autres pays, notamment en Europe où se trouve l’épicentre du Covid-19 et la réalité à Madagascar. Certains trouvent anormal que le nombre de cas soit si peu et qu’il n’y ait pas encore de morts.  Deux situations différentes, même si le combat reste le même. Cela n’a d’ailleurs pas manqué d’irriter le chef de l’Etat, hier.

« C’est quand même étonnant qu’un concitoyen souhaite une telle chose à ses compatriotes », a-t-il ajouté tout en lançant des piques à ceux qui voient toujours le côté obscur des choses. « Comment le pays pourra-t-il avancer dans ce cas ? », s’est demandé le président de la République. Et lui d’assener, « Il faut mettre fin à ce genre de pratique politique ».  « Il ne s’agit pas d’un jeu (…). Nous avons un seul ennemi, c’est le coronavirus », a renchéri le chef de l’Etat, tout en joutant que « si vous avez d’autres cas, alors montrez-les ».

Quoi qu’il en soit, cela n’empêche pas, pour autant, le Gouvernement d’avancer. Comme il l’a rappelé, hier, 70 véhicules tout-terrain ont été fournis au Centre opérationnel dans la lutte contre le Covid-19, afin de suivre l’état de santé des passagers des derniers vols qui sont en auto-confinement. Des forces de l’ordre, des biologistes et des aides-soignants suivent de près leur état de santé.

« Il est temps de sauver les malades et non d’engager de faux débats », a soutenu, à ce propos, le président de la République. Il faut signaler d’ailleurs que, selon toujours le chef de l’Etat, l’Institut de recherche appliquée (IMRA) a mis au point une formule, à base de plantes médicinales, qui pourra aider à lutter contre le coronavirus.

J.P

Les commentaires sont fermées.