Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

3, 19, 23, 200…

3, 19, 23, 200…

Les autorités responsables ont beau avoir expliqué maintes et maintes fois le déroulement des opérations de « recensement » des personnes ayant contracté le Covid-19, les préjugés ont la peau dure et certains restent incrédules quant à la véracité des statistiques publiées quotidiennement. Que n’a-t-on pas en effet lu sur les réseaux sociaux depuis de nombreux jours sur les prétendus mensonges de l’Etat qui dissimulerait le véritable nombre de cas de Coronavirus au pays ? Tout le monde, y compris les éternels adeptes de la théorie du complot, y va de sa propre analyse ou interprétation. Chacun devient spécialiste en épidémiologie et se lance dans sa propre projection de ce que devrait être la situation actuelle en faisant le rapport avec ce qui se passe à l’étranger.

En réalité, le monde entier vit une situation jamais connue auparavant, mais même dans les pays où les systèmes et structures de gouvernance sont supposés plus rigides qu’ailleurs, aucune cachotterie n’est possible. D’abord parce que l’autorité sanitaire mondiale qu’est l’OMS veille au grain, et ensuite grâce aux (ou à cause de) techniques de l’information et de communication qui ont considérablement évolué. On rappellera juste la série de « leaks » qui a embarrassé de nombreuses personnalités mondiales il y a quelques années…

Mais surtout et pour en revenir à Madagascar, les sceptiques semblent avoir oublié que les statistiques distillées chaque jour relatent les cas testés et diagnostiqués atteints de Coronavirus. En d’autres termes, lorsqu’on parle de 23 cas que d’aucuns trouvent bizarrement dérisoirement bas, ceux-ci sont ni plus ni moins les cas confirmés parmi les quelque deux-centaines de personnes soumises au seul institut apte à faire le test au pays. Quel « mensonge » là-dedans ? Ou faut-il qu’il y ait plusieurs milliers de cas confirmés pour que ce soit la vérité, alors que le nombre de personnes qui ont pu être testées n’est encore que de 200 ?

Maintenant, avec l’arrivée des kits de diagnostic rapide, l’on espère que la phase de test des personnes à risques s’accélère pour que la Grande île soit fixée sur le degré de contamination, ainsi que l’efficacité ou non des mesures de confinement adoptées depuis le début de la semaine. A contrario, on croise les doigts pour que le nombre de cas confirmés soit inversement proportionnel à celui des tests réalisés, n’en déplaise à ceux qui, à réclamer inlassablement des chiffres effarants pour pouvoir y croire, nourriraient donc le secret et malsain espoir de voir les statistiques exploser ?

La guerre contre le Covid-19 est une réalité. Rien ne sert de se perdre dans une bataille des chiffres.

N.R.

Les commentaires sont fermées.