Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Surveillance des personnes confinées : les forces de l’ordre mobilisées

Surveillance des personnes confinées : les forces de l’ordre mobilisées

Outre les personnes mises en quarantaine auprès des centres et hôpitaux, d’autres sont également soumises à un délai de confinement de 14 jours à l’hôtel.

Après leur débarquement à l’aéroport d’ Ivato, les passagers en provenance de la France et de La Réunion ont été mis en quarantaine dans des centres et hôpitaux. D’autres ont été confinés durant 14 jours dans des hôtels, placés sous surveillance policière.

Des éléments des forces de l’ordre se sont alors postés devant chaque hôtel pour assurer la sécurité des établissements et de leurs résidents. « Les premiers jours de confinement n’étaient pas faciles car les résidents n’étaient pas très coopératifs », a indiqué le directeur de la Sé­curité et des renseignements, le colonel Ravoavy Zafisam­batra, joint au téléphone hier.

La situation s’est cependant améliorée les jours suivants car les confinés ont accepté de se soumettre aux consignes. Si la police nationale est chargée de la surveillance des hôtels dans la capitale, la gendarmerie, elle, assure la surveillance des hôtels dans les périphéries.

D’autres personnes recherchées

Dans la foulée, d’autres passagers ayant aussi débarqué avant la fermeture des frontières, ont également été soumis à une obligation de confinement de 14 jours à leur domicile. A ce sujet, ils ont même signé un engagement.

Puis, après la confirmation des cas positifs de coronavirus, la brigade Covid-19 a dû se lancer à leur recherche pour des tests de dépistage, particulièrement les passagers ayant pris le même vol que les porteurs du virus. Les éléments de la brigade se chargent ainsi de les amener au Cen­tre en vue de dépistage et de confinement si nécessaire. C’était le cas, hier, du côté des 67 Ha et d’Ambohi­dra­tri­mo.

Cependant, rechercher ces personnes n’est pas chose facile étant donné que certaines ont donné de fausses adresses ou sont domiciliées dans les provinces. «Nous sommes actuellement à leur recherche et faisons appel à la contribution de tous les citoyens», a interpellé le colonel tout en exposant le danger que ces personnes font courir à la population.

Escroquerie

Malgré les efforts des autorités, des personnes malintentionnées profitent de la situation. En effet, elles se présentaient aux domiciles des personnes confinées en tant que personnel médical.  La gendarmerie a fait savoir que toute personne concernée doit être informée de l’arrivée de la brigade Covid-19 avant les visites. Les forces de l’ordre appellent ainsi quiconque se retrouve face à de telles escroqueries à leur alerter rapidement en appelant le commissariat central ou la gendarmerie au 118.

 

Tahina Navalona

 

Les commentaires sont fermées.