Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Plan d’urgence sociale : les fokontany et les coopératives de transport, débordés

Plan d’urgence sociale : les fokontany et les coopératives de transport, débordés

Dès l’annonce d’un plan d’urgence sociale, en faveur des familles les plus défavorisées, victimes du confinement, des mères de famille, des lavandières, des marchandes de rue, des familles nécessiteuses et des personnes âgées, se sont ruées vers les fokontany, pour s’inscrire dans le registre des bénéficiaires.

«La carte nationale d’identité est la seule pièce réclamée. Je ne pense pas qu’il y aurait des imposteurs car on se connaît tous dans le quartier », a indiqué le chef fokontany d’Ankadivory, David R., de la commune rurale d’Alakamisy Fenoari­vo. D’ajouter que la liste sera envoyée à la commune qui se chargera de la transmettre auprès du district.

Les coopératives pour les taxis et taxis-be

La même agitation est constatée auprès des coopératives de taxi et taxi-be.  Des chauffeurs et receveurs de bus ont carrément fait la queue pour bénéficier des 100.000 ariany annoncés. Selon les explications du directeur des Transports et de la circulation urbaine de la CUA, le commissaire Bemana Rafenoarison, la liste établie par les coopératives sera confrontée avec celle de la Commune, à partir de la délivrance des licences et des visites de conformité.

« Après validation, il appartient au maire d’Antananarivo de communiquer la liste définitive à la Présidence », a-t-il indiqué. A ce sujet, le vice-président de l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU), Jean Louis Emile Rakotonirina, a souligné que les coopératives doivent être chargées de la distribution des subventions. « Elles sont les seules habilitées à certifier le chauffeur et son receveur. On risque d’avoir des problèmes s’il y a des intermédiaires », a-t-il souligné.

Sera R.

Les commentaires sont fermées.