Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Main-d’œuvre (2)

 

(Suite.)

« Prochaine exécution grands travaux intérêt général – c’est nous qui soulignons – ne doit pas entraîner diminution superficies cultivées et ralentissement essor commercial et industriel. Sous cette réserve essentielle, vous prietélégraphier renseignements suivants, après les avoir contrôlés personnellement.

« Primo : Nombre d’indigènes employés en permanence par colonisation d’une part, services publics d’autre part.

« Secundo : Nombre d’indigènes indispensables à l’agriculture.

« Tertio : Nombre d’indigènes, robustes et valides pouvant être employés sur chantiers des travaux publics – c’est encore nous qui soulignons.

« Quarto : Nombre moyen de prisonniers pouvant être envoyés annuellement dans des camps qui seront constitués à proximité des principaux chantiers.

« Quinto : Nombre prestataires inscrits sur les rôles courants. »

Et le télégramme ajoute :

« Vous signale importante particulière exactitude et précision des divers renseignements qui devront parvenir avant 10 mars prochain.

« Étudiez la question avec chambres consultatives et chefs d’entreprises diverses là où ces assemblées ne sont pas constituées. »

Tout d’abord, nous dirons que le recensement prescrit est un travail considérable. Avec même tous les concours possibles, vouloir que les résultats en parviennent avant le dix mars est une exigence qui ne peut avoir pour résultat que d’obtenir un à peu près.

C’est tellement évident qu’il n’y a pas lieu d’insister.

L’administration peut très rapidement savoir le nombre d’hommes dont peuvent avoir en permanence besoin les travaux publics. Question de programme, question de crédits.

Il n’en est pas de même des agriculteurs ou des industriels chez qui les effectifs de main-d’œuvre varient suivant les époques, suivant les circonstances, les possibilités de fretprovoquant une augmentation de production, etc., etc.

Ce qui retient particulièrement notre attention, c’est le Tertio du télégramme. Est-ce que l’administration aurait la prétention de sélectionner la main-d’œuvre et de réserver aux seuls chantiers des travaux publics les indigènes « robustes et sains, » laissant ceux qui ne sont ni ceci ni cela à la disposition des colons ?

(À suivre.)

La Tribune de Madagascar

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.