Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Marché local : les denrées se font rares

Marché local : les denrées se font rares

Dès le premier jour de confinement, les denrées alimentaires se font rares dans la capitale. Leurs prix restent en hausse malgré un certain retour à la raison de certains commerçants. Notons que la panique s’est installée samedi, après que le président Rajoelina a déclaré, le 20 mars, les premiers cas confirmés de coronavirus.

A Ambondrona, seul un marchand en gros est ouvert et a été pris d’assaut sur le champ par des consommateurs. Au niveau de ce grossiste, tous les prix des Produits de première nécessité (PPN) ont augmenté par rapport à ceux de la semaine passée.  « Le kilo du riz local est à 2500 ariary, le riz importé à 2400 ariary et le litre de l’huile alimentaire à 6500 ariary », a indiqué le détenteur du marché. Mais, les prix ne sont pas affichés.

Pourtant, la semaine passée, le prix du kilo du riz local était encore à 2200 ariary, le riz importé à 2000 ariary et le prix du litre de l’huile alimentaire à 5800 ariary, sur le même marché de gros d’Ambondrona.

Néanmoins, le prix des grains sec, les produits les plus recherchés en cette période de confinement, revient à la normale depuis hier. Samedi encore, le « kapoaka » des haricots secs et des poids de cap ont atteint les 2000 ariary au marché d’Analakely, pour redevenir 1000 ariary actuellement.

Rétention de stocks appréhendée à Ivato 

Du côté du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat (Mica), différentes équipes mobiles composées de contrôleurs et commissaires du commerce, ainsi que des forces de l’ordre ont fait une descente dans  les principaux quartiers classés prioritaires hier, notamment à Andravoahangy, Alasora, Anosibe, Mahazo et Ivato. A Ivato, l’équipe a démasqué plusieurs tonnes de riz cachées. Comme sanction, les produits sont vendus à 1800 ariary le kilo.

Le Mica rappelle également que « La loi 2018-020 du 23 août 2018 sur la concurrence pour la protection des consommateurs fixe des amendes allant jusqu’à 50 millions d’ariary pour tout cas confirmé de non-respect des règlements en vigueur ».

 

Riana R.

Les commentaires sont fermées.