Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

On réclame

 

On nous écrit de Farafangana :

Le Directeur des Postes et Télégraphes en a de bien bonnes. Sous prétexte de favoriser les destinataires de colis postaux originaires de Tananarive, il a pris la décision de faire dorénavant acheminer ces colis postaux plus rapidement à leurs propriétaires.

Les transports par charrettes à bœufs ou à dos d’homme, par l’intérieur, sont beaucoup trop longs, dit-ildans la circulaire qu’il a fait afficher dans le bureau des Postes de notre ville.

Or, il n’a nullement réfléchi, et, sous prétexte d’apporter un remède à une situation déjà déplorable, il ne fait qu’aggraver cette situation.

En effet, un colis postal, par l’intérieur, met environ 6 semaines à 2 mois à faire le trajet de Tananarive à Farafangana ; tandis qu’un colis envoyé par voie de mer mettra 3 mois à parvenir.

Pour notre part, nous connaissons un colis postal parti de Tananarivele 11 février courant et, par conséquent, acheminé par Tamatave.

Étant donné que nous venons d’avoir coup sur coup deux navires de la Compagnie des Messageries Maritimes qui ont desservi notre port, nous ne devons plus compter maintenant voir un autre côtier avant fin avril.

Si ce bateau peut opérer, très bien, le colis en question n’aura mis seulement que deux mois et demi au lieu de six semaines par voie de terre, c’est un progrès aux yeux de M. le Directeur des P. T. T. ; mais, si comme cela se produit fréquemment le navire attendu passe sans pouvoir opérer en raison du mauvais temps, le colis s’en ira où ? Et quand reviendra-t-il ?

Nous n’ajouterons pas à cela la façon dont sont traités les colis et marchandises à bord des navires de la Compagnie des Messageries Maritimes ; c’est encore une autre question qui, cependant, n’est pas négligeable.

Enfin, Farafangana sera toujours le trou perdu, ignoré de tous, le dépotoir des fonctionnaires comme disait autrefois si justement et si élégamment un de sessympathiques Chefs de Province.

Et c’est vrai !

La Tribune de Madagascar

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.