Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Il n’y a plus de choix

Il n’y a plus de choix

Comme si de rien n’était. Autant la situation est grave, autant des indisciplinés se permettent de narguer les autorités dans une situation d’une extrême gravité. Quinze jours, certes, c’est long mais c’est également peu par rapport à ce qui pourrait nous arriver si tout le monde ne respectait pas les règles imposées. Alors qu’en principe, cela devrait aller normalement, aussi étonnant que cela puisse paraître, faire respecter les consignes est actuellement un véritable travail d’Hercule, un travail de longue haleine.

C’est en effet ahurissant de constater que des cohortes de citoyens se précipitent encore au marché et dans des endroits sensibles alors que la veille, le président a proclamé urbi et orbi le confinement total. Nous  n’allons pas dire que c’est facile. Le fait de tenir quinze jours entre les murs d’une chambre, ce n’est effectivement pas très confortable, particulièrement pour ceux qui doivent trouver de quoi survivre. Loin de là. Mais il s’agit d’un prix à payer pour un meilleur lendemain, aussi bien pour nous aujourd’hui que pour la génération future. Faudrait-il, encore une fois, utiliser la manière forte pour se faire respecter ? Ce serait dommage mais s’il faut en arriver là, le Gouvernement prendra sûrement les dispositions nécessaires.

D’ailleurs, il faut se rendre à l’évidence car nous n’avons plus le choix. Quelle que soit la nationalité, américaine, française, chinoise, ou malgache, en somme, tous les citoyens du monde doivent désormais s’adapter à un nouveau mode de vie avec un mode de consommation plus sain et plus responsable. C’est ce que le coronavirus est en train de nous enseigner aujourd’hui. A cela s’ajoute le front commun contre un virus apparemment invisible. En effet, jusqu’ici, même si certains sont plus sensibles que d’autres, il n’en demeure pas moins que tout le monde sans distinction d’origine, ni de race ni moins de profil, peut être touché.

 J.P

Les commentaires sont fermées.