Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Doublons et anomalies : la Ceni clôt le débat

Partis politiques, société civile, partenaires techniques et financiers et observateurs électoraux ont été conviés à une séance d’information hier, à la Ceni Alarobia. L’occasion pour l’organe électoral de mettre les choses au clair concernant la liste électorale à la suite des anomalies constatées sur près de 1.000.000 de Cartes nationales d’identité (CIN). Le débat est clos.

La Ceni n’a pas changé de discours en insistant sur le fait que l’existence de cartes nationales d’identité identiques n’a nullement altéré les résultats des élections, étant donné que les électeurs en possession desdites cartes n’ont pu voter qu’une seule fois.

« Après vérification sur la liste alphanumérique, nous avons pu constater que les personnes détentrices de cartes nationales d’identité identiques étaient des doublons », a expliqué le vice-président de la Ceni, Philibert Hervé Andriamanantsoa. D’autre part, « Certaines personnes sont détentrices du même numéro de carte d’identité, mais ne sont pas enregistrées dans le fichier électoral », a-t-il poursuivi.

Concernant l’existence de ces anomalies au niveau des CIN, la Ceni a fait savoir que celles-ci datent déjà de 2013. Cependant, le pic d’anomalie a été 94% en 2017. Selon toujours les bases de données de la Ceni, ce pourcentage a baissé en 2018 avec seulement 4,58% de CIN identiques distribuées. Il a encore diminué en 2019 avec 1,28% d’anomalies pour arriver à 0,05% en 2020.

Arrêt des hostilités

Dans tous les cas, le président de la Ceni, Hery Rakotomanana, a appelé à mettre un terme aux dénigrements et hostilités envers son institution. « Tout cela devra cesser, car nous savons tous que Madagascar fait partie des pays de référence en matière électorale », a lancé le patron de la Ceni. Il n’a d’ailleurs pas manqué de souligner que la Ceni a toujours été invitée pour des missions d’observation ou de partage à l’étranger. Ce qui devrait prouver sa compétence sur le sujet, d’après toujours Hery Rakotomanana.

« Nous n’oserons jamais saboter les élections malgaches », a-t-il soutenu. Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas des premières difficultés rencontrées par la Ceni. L’organe électoral a indiqué vouloir apporter sa contribution pour toute amélioration et « reste ouverte à toute proposition », a conclu son président.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.