Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Recouvrement des avoirs illicites : le système anti-corruption lance l’alerte

Recouvrement des avoirs illicites : le système anti-corruption lance l’alerte

Le Bianco, le Samifin, le Pac et le CSI ont réagi, après que le Sénat a rejeté l’ordonnance sur le recouvrement des avoirs illicites mardi, à Anosy. Pour eux, cela constitue un danger pour le pays qui risque d’être pénalisé sur le plan international.

En effet, la mise en place d’une agence de recouvrement des avoirs illicites est le 5e élément clé dans la lutte contre la corruption, dont son rôle est de gérer les biens confisqués ou gelés. L’alerte est lancée. Lors d’une rencontre avec la presse hier, à Antaninarenina, la présidente du Comité pour la sauvegarde de l’intégrité (CSI), Sahondra Rabenarivo, a lancé un appel à l’endroit du Premier ministre Christian Ntsay, de prendre les mesures nécessaires, conformément à l’article 96 de la Constitution.

«Lorsque par suite d’un désaccord entre les deux Assemblées, un projet ou une proposition de loi n’a pu être adoptée après deux lectures par chaque Assemblée ou si le Gou­vernement a déclaré l’urgence, après une seule lecture par chacune d’elle, le Premier ministre a la faculté de provoquer la réunion d’une commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion». Le texte devrait encore retourner auprès de la Chambre basse pour une deuxième lecture.

« Nous avons travaillé très dur pour obtenir la légifération par ordonnance par le Président de la République, ce défaut de ratification sera un préjudice pour le pays », a alerté Sahondra Rabe­narivo, qui entraînera la « Pé­nalisation de Madagascar à l’échelle internationale dans la lutte contre la corruption »

A noter que d’ici le mois de juin, Madagascar sera noté, étant donné qu’il a été signataire de la convention des Nations unies et de l’Union africaine sur la lutte contre la corruption.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.