Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Demande d’annulation des élections : une manœuvre désespérée de Ravalomanana

    Demande d’annulation des élections : une manœuvre désespérée de Ravalomanana

    L’ancien président Marc Ravalomanana se saisit de la polémique autour des Cartes nationales d’identité (CIN) aux numéros identiques pour espérer l’improbable. En effet, hier à Bel’air, le fondateur du parti Tiako i Madagasikara (Tim) a demandé l’annulation des trois récentes élections, notamment la présidentielle de 2018, les législatives et les communales.

    Marc Ravalomanana et consorts comptent même déposer une requête allant dans ce sens aux différentes instances, dont la Haute cour constitutionnelle (HCC). Eu égard à cette déclaration, l’ancien président et son équipe tentent de récupérer politiquement la déclaration de la Commission électorale nationale indépen­dante (Ceni), quitte à ignorer les dispositions du texte en vigueur. Ni le fondateur du Tim, ni les politiciens qui l’accompagnent et encore moins les élus du parti, ne sont pourtant aptes à saisir la juridiction constitutionnelle.

    A noter que ce droit revient aux chefs d’Ins­titu­tion, sauf si le président du Sénat qui n’est autre qu’un membre du parti HVM, un allié du Tim, se joint à eux. Ce cas est cependant probable étant donné qu’un sénateur, en la personne de Riana Andriamandavy, qui plus est, membre du parti auquel appartient le numéro un du Sénat,  faisait partie de ceux qui ont fait la déclaration de Bel’air.

    Quoi qu’il en soit, même au cas où la requête du Tim et consorts serait jugée recevable, leur demande reste impossible. Et pour cause, les décisions de la HCC lors de l’élection présidentielle et des législatives sont irrévocables, c’est-à-dire qu’elles ne peuvent plus faire l’objet d’une quelconque opposition. Pareil pour les communales auxquelles le Tribunal administratif et financier a déjà rendu une décision définitive des requêtes liées aux opérations électorales. La seule procédure qui reste est celle au niveau du Conseil d’Etat, mais là encore, le délai de dépôt des requêtes est déjà largement dépassé.

     

    Tsilaviny Randriamanga

    Les commentaires sont fermées.