Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Frappé d’IST : Raoul Rabekoto s’est-il enfui en Suisse?

Frappé d’IST : Raoul Rabekoto s’est-il enfui en Suisse?

Alors qu’il est sous le coup d’une mesure d’interdiction de sortie du territoire, l’ancien DG de la Cnaps, Raoul Rabekoto aurait réussi à s’enfuir à l’étranger. Une fuite et des questions.

Selon une source autorisée, l’actuel président de la Fédération mala­gasy de football (FMF), Ari­za­ka Raoul Rabekoto, se trou­ve actuellement à Zu­rich, en Suisse. A prendre au conditionnel, il aurait pris un vol via Nosy Be le 19 février en direction de la Réunion, avant de faire escale à Nai­robi, puis à Paris. De là, il aurait rejoint Zurich où il a contacté un membre de la Confédération africaine de football (Caf). Ce déplacement, s’il est avéré, soulève des questions, car la personnalité est frappée d’Interdic­tion de sortie du territoire (IST) depuis janvier.

Opération financière opaque

Le patron du ballon rond malgache avait certes déposé un recours contre cette interdiction, mais le Conseil d’Etat l’avait débouté. En effet, cette décision fait suite à une plainte pour détournement, enrichissement illicite et abus de confiance au moment où il dirigeait la Cnaps. L’opacité des opérations financières à l’époque fait actuellement l’objet d’un examen minutieux de la part de la justice.

A titre d’illustration, il apparait qu’en octobre 2018, le groupement des retraités du secteur privé à Mada­gascar avait déjà alerté l’opinion publique à ce propos. Il avait demandé, en vain, plus de transparence et des explications au Conseil d’administration sur les placements et investissements de la Cnaps. Ce dernier avait alors indiqué qu’il n’était pas au courant d’une quelconque opération et de participation dans des sociétés étrangères et a nié avoir donné l’autorisation.

Après cela, le même CA a demandé à la Direction générale les détails des in­vestis­sements des cinq dernières années, avec les autorisations de la Commission patrimoine et du CA. Tou­jours est-il que l’affaire reste encore au niveau de la justice et des zones d’ombre persistent encore.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.