Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Avec Bloomberg, un débat enflammé à Las Vegas, dans la course à la présidentielle américaine

“J’aimerais parler de notre adversaire. Un milliardaire qui traite les femmes de grosses nanas et de lesbiennes à tête de cheval. Et non je ne parle pas de Donald Trump. Je parle de Michael Bloomberg”, a attaqué la sénatrice Elizabeth Warren. Elle est une des favorites à l’investiture du parti Démocrate, pour aller affronter Trump en novembre.

“Qui peut battre Donald Trump ? Et qui peut faire le travail s’il arrive à la Maison Blanche ? Je dirais que je suis le candidat qui peut faire ces deux choses”, a répliqué M. Bloomberg, nouveau venu dans la course et milliardaire, neuvième homme le plus riche de la planète et qui détient une fortune estimée à 62,8 milliards de dollars.

Bloomberg est aussi un habitué des revirements dignes des hommes politiques malgaches. Il était maire de New York, comme membre du parti Républicain, avant de virer indépendant et de se présenter aujourd’hui comme Démocrate…

Sa participation au débat avait d’ailleurs déclenché une polémique. La direction du parti Démocrate a modifié les règles en cours de route, en supprimant l’exigence selon laquelle les candidats doivent avoir reçu des dons de centaines de milliers de personnes pour participer aux débats télévisés. Bloomberg ne réalise pas de levée de fonds et se finance lui-même. Il aurait déjà dépensé 400 millions de dollars.

Bloomberg paye un déluge de publicité et de petites mains pour sa campagne. Mardi matin, un sondage national (NPR, PBS NewsHour et Marist) l’a crédité de 19% d’intention de vote parmi les votants démocrates et les indépendants démocrates, lui accordant la deuxième place derrière le sénateur Bernie Sanders, en tête dans les sondages, pour l’investiture.

“M. Bloomberg, comme quiconque, a le droit de se présenter aux élections présidentielles. Il n’a pas le droit d’acheter la présidence” a réagi Bernie Sanders, avant le débat, qui défend un programme de redistribution des richesses et de défense farouche de l’environnement.

ES

Les commentaires sont fermées.