Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Betroka : restauration de la sécurité par l’agriculture

Betroka : restauration de la sécurité par l’agriculture

Le président de la Commission agriculture et développement rural de l’Assemblée nationale envisage l’introduction de la culture de rente pour réduire l’insécurité dans le district de Betroka. Accompagnant les actions militaires, le projet fait actuellement son chemin.

Le district de Betroka bénéficiera bientôt d’une stratégie novatrice pour lutter contre l’insécurité. Le président de la Commission agriculture et développement rural de l’Assemblée nationale et non moins élu de la circonscription, Jean Nicolas Randria­na­solo, a engagé un projet de partenariat avec la société Tozzigreen pour un transfert de technologies dans la zone montagneuse d’Andriry, ré­putée à risques en matière d’insécurité. Cette société opère dans la culture d’essences rares, dont la vanille destinée à la production d’huiles essentielles à Isa­trokala, dans la région Iho­rombe.

« La création d’emploi et les compléments de revenus engendrés par l’introduction de ces nouvelles activités dans cette zone atténueront la précarité poussant parfois une frange de la population à des actes de banditisme », a annoncé le député élu de Betroka. Il a soutenu que la culture de vanille est envisageable dans le district de Betroka, vu la similitude entre le micro-climat des sites de la région Iho­rombe et celui de la zone d’Andriry. Il a également annoncé l’arrivée des techniciens de Tozzigreen qui effectueront prochainement des études dans sa circonscription.

Des projets de développement destinés à la réduction de la pauvreté seront donc menés de front avec les opérations militaires pour éradiquer l’insécurité dans le district de Betroka. C’est le fruit de la volonté de conjuguer les efforts de la Commis­sion agriculture et développement rural de l’Assemblée nationale et des forces de l’ordre.

Manou

Les commentaires sont fermées.