Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Usurpation de titre : l’étau se resserre autour de Ny Rado R.

Usurpation de titre : l’étau se resserre autour de Ny Rado R.

Se prétendant ambassadeur de l’Icafe et de WFDP à Madagascar, sans justificatifs légaux, Ny Rado Rafalimanana s’enfonce davantage en indiquant avoir pris les mesures nécessaires pour régulariser la situation de chacune de ces organisations. Le ministère des Affaires étrangères se réserve ainsi le droit de saisir la Justice face aux allégations du concerné. 

«Contrairement à ses prétentions, monsieur Ny Ra­do Ra­falimanana n’a engagé aucune procédure officielle de demande d’établissement d’un Accord de siège portant établissement d’une organisation intergouvernementale ou d’une organisation non gou­vernementale étrangère à Ma­da­gascar au niveau du mi­nistère des Affaires étrangères (MAE)», a précisé le communiqué du MAE reçu, avant-hier.

Aucun dossier de «World fund for development and planning» (WFDP) ni moins de l’«Intergovernmental collaborative action fund for excellence» (Icafe) ne sont inscrits auprès du MAE. Non seulement les organisations précitées ne sont pas affiliées au système des Nations unies, mais Ny Rado Rafali-manana n’a pris aucune mesure pour leur régularisation auprès du MAE. Face à cela, «le MAE se réserve le droit de saisir la justice et se désengage de toute responsabilité découlant de l’utilisation desdits documents».

Nuls et non avenus

Le principal concerné ne peut pas prétendre le titre d’ambassadeur ni de représentant d’une quelconque organisation dans le pays. Par conséquent, les documents qu’il a présentés dont son «laissez-passer diplomatique», sont considérés comme «nuls et non avenus et ils ne sont donc pas opposables au gouvernement malgache», a expliqué le MAE.

Contrairement à ses di­res, Ny Rado Rafalimanana ne peut ainsi bénéficier ni d’immunité, ni de privilèges définis par la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques. L’Interdic­tion de sortie du territoire (IST) reste par conséquent en vigueur en attendant la suite de l’affaire.

Le ministère des Affaires étrangères a en outre rappelé que la régularisation d’une organisation non gouvernementale étrangère doit suivre des procédures, no­tamment un justificatif de deux années d’existence de l’ONG, le casier judiciaire de son représentant local mais également une demande d’avis auprès du MAE, du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, ceux des Finances et de la Population. Autant de procédures que Ny Rado Rafalimanana ne semble pas avoir respectées.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.