Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Aux nouveautés avantages et risques

Aux nouveautés avantages et risques

Les réseaux sociaux ont servi de moyen pour exercer des violences inadmissibles dans le combat politique en France. Un des candidats à la Mairie de Paris en a été la victime. Certes il ne s’agit pas pour autant de requérir une condamnation consistant à jeter le bébé avec l’eau du bain. Toutefois les ravages que provoquent les excès véhiculés par ces canaux obligent à devoir procéder à en encadrer l’usage. Ce ne sont pas les voix d’extrémistes prétendant se scandaliser d’une restriction de l’espace de liberté qui feront défaut, plaidant cyniquement en faveur des dérives qui percent des boulevards aux atteintes à la liberté d’autrui en voulant élever la violation de l’intimité de tout un chacun au rang d’un droit.

Les débordements à «mettre à poils» les gens à abattre ne se passent pas uniquement au-delà des mers, la société ici aussi est concernée. Pire en effet à l’inverse d’un levier de boucliers de façon unanime comme ailleurs, plus qu’à condamner ces initiatives la population par des hourras vengeurs incline à une lapidation publique de la victime. Viennent à la mémoire : la crucifixion sociale subie par un haut cadre du Fonds d’Entretien Routier, puis la méforme d’une députée clouée au pilori suite à l’impudente imprudence d’avoir exhibé ses formes à son partenaire en utilisant cette voie réputée de notoriété publique peu sécurisée pour être à l’abri de l’indiscrétion des voyeurs.

Les experts émettent des avis partagés à propos des possibilités techniques pour dresser des barrières contre les dérives intempestives. Qu’importe, la loi peut et doit sévir pour limiter les malfaisances. Le régime politique est menacé : sans protection de la liberté individuelle la démocratie ne serait qu’un leurre.

Léon Razafitrimo

Les commentaires sont fermées.