Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Lutte contre la corruption : augmentation significative des doléances

Lutte contre la corruption : augmentation significative des doléances

Le Foncier, la Justice, les Collectivités décentralisées, la Gendarmerie et l’Education sont les secteurs les plus touchés par la corruption. Dans son rapport annuel pour Antana­narivo, le Bianco a noté une augmentation accrue des doléances durant le dernier trimestre 2019.

Le nombre de doléances a énormément augmenté au cours des trois derniers mois de l’année 2019 : 320 doléances reçues pour le secteur foncier, 265 pour la Justice, 159 pour les Collectivités décentralisées avec, 147 pour la Gendar­merie nationale et 98 pour  l’Education.

Au total, le Bianco a transmis 132 dossiers  aux juridictions compétentes et 686 personnes sont mises en cause. Au final,  le bureau anti-corruption a placé 72 personnes sous mandat de dépôt et 17 personnes sous contrôle judiciaire.

Si les dossiers transmis par le Bianco ont à peine dépassé une trentaine au début de l’année, ceux-ci sont passés à 61 vers le quatrième trimestre. Une augmentation qui ne signifie pas forcément la recrudescence de la corruption, mais plutôt «la responsabilisation des citoyens vis-à-vis de la lutte contre la corruption», a fait savoir le directeur territorial de la branche Analamanga du Bianco, Tsiry Razafiman­dimby, hier à Ambohibao,

D’après lui, les citoyens sont de plus en plus convaincus de la nécessité de mener la lutte contre la corruption «Le principal objectif de la tolérance zéro est de développer le pays», a-t-il indiqué.

Manque de budget

A noter que le Bianco d’Antananarivo compte le plus grand nombre de doléances reçues avec un pourcentage de 78% con­tre moins de 10% pour les provinces. Une situation qui s’explique par le fait que la capitale est la plus proche en termes d’accessibilité. Le Bianco a ainsi décidé de mettre en place plusieurs antennes régionales. Celle de Menabe a été inaugurée récemment à Morondava. Cependant, les moyens financiers viennent à manquer, d’autant plus que le budget du Bianco a été réduit dans la Loi de finances initiales (LFI) pour 2020.

«Nous ne pouvons pas nous contenter de ce budget et nous devrons chercher d’autres partenaires», a indiqué le DG du Bianco, Laza Andrianirina. Pour l’heure, le Bianco envisage d’installer une antenne régionale dans cha­que région à raison de deux à trois pour cette année.

«Si le budget s’avère suffisant, d’autres antennes régionales pourraient être installées à Sava, Analanjirofo, Fianarantsoa et Toliara», a-t-il ajouté. De son côté, la société civile soutient également l’octroi d’un budget complémentaire pour  lutter contre la corruption. «Nous espérons que la Loi de finances rectificatives (LfFR) palliera ce manque», a fait savoir Faraniaina Ramarosaona du mouvement Rohy.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.