Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

La police ouvre une enquête

La division de cybercriminalité de la police nationale et le Service central de la police des mœurs et de la protection des mineurs vont ouvrir une enquête au sujet de l’histoire touchante de Tahisy. Cette jeune fille de 21 ans est récemment morte avec son bébé à la suite de l’accouchement.

Son histoire est devenue virale sur les réseaux so­ciaux, notamment sur Face­book.

Un ami de Tahisy serait l’auteur de la première publication sur cette histoire, en début de semaine, après l’enterrement de la jeune fille.

Il s’agit des conversations entre Tahisy et d’un ami à qui elle partageait ses problèmes de couple, no­tamment la violence que son fiancé, qu’on va appeler F., lui aurait fait subir.

«Il me bat tout le temps. Il ose même emmener une copine à la maison en ma présence. J’ai plus envie de vivre cela, car ça me fait trop mal. Il me traite comme une bonne». Son ami lui a de­mandé alors pourquoi ne l’a-t-elle pas quitté ? «Je l’aime et je veux rester avec lui puisqu’il est le père de mon enfant», a-t-elle répondu.

Une autre publication avec la mention «Le résultat des violences des autres» s’en est suivie. C’est une photo de Tahisy avec une grande ecchymose au visage, ce qui a davantage touché les facebookers. Des publications et des commentaires aussi insultants que haineux déferlent alors sur les réseaux sociaux. Ils accusent même F. d’être un meurtrier.

D’après le commissaire principal de police Hercule Seraly, directeur de la police judiciaire, cette histoire a tellement pris de l’ampleur au point que la police a décidé d’ouvrir une enquête. Pour tirer les choses au clair, les enquêteurs vont vérifier si Tahisy était vraiment le propriétaire du compte Face­book et si les photos étaient truquées ou non. Ensuite, ils vont auditionner tous les témoins pour lever le doute sur une éventuelle violence conjugale qui aurait conduit à la mort de la mère et de son enfant.

 

Ando Tsiresy

Les commentaires sont fermées.