Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Assainissement des médias : 73 stations radios et télés pirates recensées

Assainissement des médias : 73 stations radios et télés pirates recensées

L’assainissement dans le domaine de l’audiovisuel commence à porter ses fruits. Les déclarations faites par des responsables de station radio et télévision auprès du ministère a permis de dresser la liste des médias clandestins dans tout Madagascar.

«En effet sur les 476 stations audiovisu­elles recensées, 73 radios et télévision n’ont pas respecté les procédures », a fait savoir le ministre de la Communication et de la culture, Lalatiana Andriaton­garivo, en marge de la célébration de la journée mondiale de la radio, jeudi.

A entendre les explications du ministère, ces mé­dias clandestins dont la plupart sont des radios, ne possèdent pas les justificatifs administratifs requis. Il s’agit entre autres du volet numéro 1, nécessaire pour la création d’une station radio ou télé, et le volet numéro 2, un document utile pour pou­voir exploiter une fréquence. Et pour clore la liste, les propriétaires d’entreprise de radio et télévision doivent également être en possession d’un rapport d’essai techni­que, ainsi qu’un agrément dé­finitif confirmant cette pro­cédure. Ce qui n’est pas le cas de ces radios pirates ».

Fermeture

D’après toujours les ex­pli­cations, ces radios clandestines ne peuvent plus être régularisées vu leur situation. De ce fait, elles dev­raient cesser leurs activités avant que le ministère ne le fasse à leur place. A noter qu’une grande majorité d’en­tre elles se trouvent dans la Capitale, si le reste est loca­lisé dans la Province d’An­tsi­ranana.

Toutefois, les informations ont également permis de savoir que 92% des radios et télévisions en dehors de celles déclarées clandestines ne sont pas totalement en règle. Cependant, leur situation peut être encore régularisée. Pour cause, il ne leur manque que quelques documents. De ce fait, il dispose d’un délai d’un mois à compter de la réception de la notification ministérielle pour accomplir les démarches. Une fois ce délai dépassé et que leurs dossiers ne sont pas encore en règle, ces stations risquent également la fermeture comme les radios et télés qualifiées de clandestines.

Tsilaviny Randriamanga

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique