Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

13 dossiers à la HCJ : l’Assemblée nationale sollicitée

Les enquêtes du Pôle anti-corruption (Pac) et du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) restent sans suite au niveau de la Haute cour de justice (HCJ). Qu’en serait-il à l’Assemblée nationale ?

Bianco, Pac et société civile sont en faveur de l’accélération de la procédure. 13 dossiers impliquant des anciens hauts dirigeants du pays ont été transmis au sein de la Haute cour et attendent d’être traités.

«Tous les yeux sont tournés vers les députés. Vont-ils valider ou non les dossiers de la HCJ ?», s’est interrogée la coordinatrice du volet lutte contre la corruption auprès du mouvement Rohy, Faraniaina Ramarosaona. Elle s’attend ainsi à ce que le traitement soit le même «sans considération de couleurs politiques». Faraniaina Ramarosaona ne cache pas sa crainte d’autant que les membres de la HCJ reçoivent nettement plus que ceux du Bianco ou du Pac. «Quelles pourraient être les contreparties ?», s’est-elle demandée.

Pour sa part, le DG du Bianco, Laza Andrianirina aspire à la rapidité de la procédure. «Cela permet également de vérifier la véracité ou non de nos enquêtes», a-t-il fait savoir. Quoi qu’il en soit, plusieurs dossiers sensibles sont entre les mains du Bianco, notamment celui de l’ancien DG de la Cnaps, Raoul Arizaka Rabekoto,  transféré par le Pac. «Nous sommes tenus par le secret de l’enquête, mais nous pouvons dire que nous avons reçu plusieurs dossiers», a expliqué Laza Andrianirina.

En ce qui concerne le député de Mahabo, Ludovic Adrien Raveloson dit Leva, le procureur général du Pac, Solofohery Razafindrakoto a informé de l’existence d’une enquête. «La direction de la commission d’intégrité du ministère de la Justice est sur place à Toliara», a-t-il fait savoir.

Malgré une enquête à l’encontre de sa femme, la députée Yvonne Razafindrazalia, les procédures de poursuite devront également attendre l’aval du procureur général de la Cour de cassation.

 

T.N

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique