Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Conseil d’Administration (1)

Le Conseil d’Administration doit se réunir vendredi prochain 30 courant. Au nombre des questions qui auront à être résolues par le Conseil se trouve le projet de réforme intéressant le Comité consultatif.

Nous connaissons ce projet, et tout net nous disons que les dispositions prises par le gouvernement seront l’objet de critiques certaines.

Il ne donnera pas satisfaction à l’opinion publique.

Nous le publierons dans son intégralité lorsqu’il aura été discuté par le Conseil d’Administration après avoir subi l’épreuve du Comité consultatif qui, avec toute l’attention voulue, examinera ce projet dans la séance qu’il doit, croyons-nous, tenir aujourd’hui même.

En ce qui nous concerne, et c’est un peu notre rôle de prendre les devants, nous estimons que ce qui doit nous être donné ne saurait avoir un caractère provisoire mais bien un caractère définitif.

L’administration cherchera sans doute à gagner du temps, et nous dira : « Voilà ce que nous vous donnerons demain ; mais, en attendant, voici ce àquoi nous nous arrêtons. » Eh bien ! Cela, il ne le faut pas, donner et retenir ne vaut, l’administration doit en prendre son parti.

Tout d’abord, il est nécessaire que la réforme intéressant les Chambres consultatives intervienne, puisque dans le projet du futur Comité consultatif, tel que nous l’avons entendu exposer, les présidents des Chambres consultatives doivent être appelés à jouer un rôle.

Si on ne procède pas dans l’ordre que nous indiquons et si on recule encore l’époque où cettepremière réforme doit être faite, bien qu’elle nous fut promise pour une échéance brève, il sera facile à l’Administration de dire : « Nous allons vous donner, en attendant mieux, un Comité consultatif selon notre cœur, nous voudrions bien faire autrement ; mais il convient d’attendre que la première réforme soit accomplie. Oh ! Alors à ce moment, nous vous donnerons ce que vous appelez de tous vos vœux. »

(À suivre.)

La Tribune de Madagascar

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique