Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Billet : tragicomédie autorisée

Le terme n’est peut-être pas des plus heureux alors que la situation concerne de hautes fonctions étatiques. Dans un système de démocratie le député occupe un rang d’aristo, élu du peuple pour représenter sa parole. Le système prévoit l’élection simultanée d’un suppléant en cas d’empêchement du principal élu. Des petits malins, d’un ego singulièrement surdimensionné parviennent à faire avaler aux électeurs d’avoir à voter pour leur conjoint comme suppléant… Les législateurs ont sûrement prévu sans les citer toutes sortes de circonstances empêchant un député à exercer son mandat sans avoir imaginé que ça pourrait avoir pour cause une privation de liberté suite à une condamnation pénale. Le cas vient d’être, aggravant la comédie en tragédie, au lendemain de sa prise de fonction en tant que titulaire la suppléante se trouve à son tour en garde à vue…

Les commentaires sont fermées.