Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Colis postaux (1)

 

Il y a plus de deux mois qu’un certain nombre de nos compatriotes ont reçu des factures leur annonçant, par colis postaux, l’envoi de fournitures diverses.

Les M. M. n’envoyant que de rares bateaux, les colis postaux, comme les chargements, restent empilés à Marseille ou ailleurs, cela pour cette raison que les Havrais et les bateaux portants pavillons variés venant sur Madagascarn’ont point d’agents des postes embarqués.

Vous direz à cela que, sur certains affrétés, il était possible d’en embarquer un, par suite de décongestionner les magasins de la poste encombrés à Marseille de colis pour Madagascar.

La solution était trop simple. Il eût fallu à Lebureau un effort d’imagination pour rendre la chose possible, il préfère de beaucoup passer son temps à rédiger un grimoire exposant l’impossibilité d’une chose aussi simple.

Il y a là une situation intolérable. Nos magasins se vident, il en est où les rayons ont cessé d’être garnis, alors qu’il en pourrait être autrement, si on voulait s’en donner la peine. Pourquoi les pouvoirs publics ne se préoccupent-ils pas de cette situation essentiellement préjudiciable aux intérêts de la Colonie ?

Ceux qui sont venus ici ne se sont pas installés exclusivement pour payer des impôts. Il faudrait s’efforcer de leur assurer les moyens de réaliser des bénéfices pour cet objet, sans qu’ils soient obligés d’avoir recours au capital acquis.

Sans doute, le gouvernement local n’a pas grande action sur le service des transports maritimes, quoi qu’il fasse. Mais a-t-on, à nouveau, attiré l’attention du ministère des Colonies sur ce point ?

Les colis postaux en souffrance représentent une somme considérable ; si on les laisse à la traîne, il y aura des pertes par dégradation, des manquants qui augmenteront encore le prix des marchandises entrant en rayon.

Le grand coursier Crimée qui, autrefois, après cependant la prise de Sébastopol, brillait dans la mer Noire, pour venir montrer sa carrure en mer Rouge, va nous arriver au commencement mars, nous apportant quoi ?

(À suivre.)

La Tribune de Madagascar

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.