Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Amboasary Atsimo : la fermeture des plantations de sisal réclamée

Amboasary Atsimo : la fermeture des plantations de sisal réclamée

La population du district d’Amboasary Atsimo réagit contre le maintien des plantations de sisal dans la circonscription. Ces exploitations handicapent le développement du district et favorisent l’insécurité, ont dénoncé des notables locaux qui réclament désormais la fermeture de ces plantations datant de la colonisation.

«L’insécurité grandissante dans le district d’Amboa­sary Atsimo résulte de la difficulté économique de la population », ont annoncé quelques notables de cette localité hier. Ils ont expliqué que le temps est révolu pour ces plantations de sisal qui n’ont plus de débouchés et n’arrivent plus à faire vivre les ouvriers qui y travaillent.

«Les plantations de sisal d’Amboasary Atsimo n’occupent ses employés que trois à cinq jours par mois », ont-ils révélé. Ces exploitations ne les sont plus que de nom, selon leurs termes. De plus, l’illogisme des opérateurs atteint son comble en payant par chèque les salaires des ouvriers qui doivent débourser des frais équivalant aux trois quarts de leurs rémunérations pour les encaisser dans une banque de Tolag­naro.

A vrai dire, ces anciens colons font tout pour maintenir leurs activités bien qu’elles soient au ralenti, afin de garder leur droit de propriété sur ces terres évaluées à plus de 80.000 hectares.

Privés de leurs terres de culture, accaparées par les plantations de sisal à l’agonie et vivotant avec de maigres salaires, la plupart des individus commettent des actes répréhensibles envers leur communauté d’origine pour faire régner l’insécurité. D’ailleurs, des formes de corruption et de complicité les encouragent dans leurs forfaits, ont constaté les notables du district.

La population locale souhaite donc la fermeture de ces plantations de sisal pour restaurer la sécurité et restituer les terrains de culture aux habitants.

Manou

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique