Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Nombreuses infractions à la  Kraoma : l’ancien directeur général interpellé

Nombreuses infractions à la  Kraoma : l’ancien directeur général interpellé

Plusieurs infractions  au niveau de la Kraoma S.A. sont révélées au grand jour.  Ces délits ont causé d’importantes pertes pour cette société d’Etat. Par conséquent, son ancien directeur général, Arsène Rakotoarisoa, a été interpellé pour un certain nombre d’infractions constatées en 2018.

Le dossier Kraoma revient à nouveau au cœur de l’actualité. L’ancien directeur général de cette société d’Etat a été interpellé pour des faits  commis durant l’année 2018.  Arsène Rakotoarisoa a démissionné de son poste de DG de la Kraoma au mois d’août 2018. Mais le rapport d’audit de gestion réalisé par le cabinet  PWC  suivant la lecture du bilan 2018 de la société, certifié par le cabinet  Delta Audit, révèle plusieurs infractions, qui ont, vraisemblablement entraîné une importante perte  pour la société. Kraoma n’a alors plus été en mesure de payer les salaires et charges sociales  de ses 557 employés, ni d’honorer ses créances.

Le rapport d’audit auprès de la Kraoma fait état de vol de 34.000 tonnes de chrome, d’exportation frauduleuse des produits de la société Kraoma, de favoritisme, de créances douteuses basées sur d’intentionnelles fausses informations, de fixation abusive du prix de vente des produits sans prise en considération de leurs prix de revient, de non-respect de l’incoterm, ainsi que de détention et usage personnel des biens de la société.

Complicité en haut lieu ?

Ces faits auraient été perpétrés en complicité avec des hautes personnalités de l’ancien régime. Force est de rappeler qu’Arsène Rakotoarisoa était aussi un conseiller spécial de l’ancien président Hery Rajaonarimam­pianina. Depuis qu’il a pris la fonction de  directeur général de la Kraoma S.A en 2015, la société n’a cessé d’accumuler les dettes. En 2018, ces dus ont atteint les 101 milliards d’ariary. Le résultat de l’exercice comptable de la société  est passé de 1,2 milliard d’ariary en 2017 à un résultat négatif de 39 milliards d’ariary en 2019.

L’administration actuelle a toutefois établi un plan de relance tiré jusqu’en 2023 afin de rétablir la situation et remettre Kraoma sur les rails du développement. Cette société devra d’ailleurs servir de levier avec ses potentiels considérables de chrome, or et autres substances. Fondée en 1966 et nationalisée en 1975, la société Kraoma est placée sous tutelle du ministère des Mines et du pétrole. Sa production de chrome est estimée entre 160.000 et 250.000 tonnes chaque année.

 

Rakoto

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique