Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Intempéries : Mahajanga sous les eaux, les cours suspendus

Intempéries : Mahajanga sous les eaux, les cours suspendus

Les eaux envahissent de nouveau les zones basses de la ville de Mahajanga à la suite de la persistance des fortes pluies, depuis quelques jours. Les autorités locales ont anticipé pour éviter de graves dégâts durant le cataclysme. Tous les cours sont suspendus dans les établissements scolaires.

Et, la situation risque de s’aggraver, à en croire les météorologues qui ont encore lancé une vigilance forte pluie «rouge» dans cette partie de l’île, jusqu’à demain, à cause d’une cyclogenèse dans le canal de Mo­zambique. Le système est d’ailleurs prévu toucher terre sur les côtes de la région Melaky, ce jour et traverser Madagascar, d’ouest en est.

Des dégâts matériels com­mencent à être constatés dans la ville depuis hier, à l’instar de l’effondrement de la clôture de l’hôpital d’An­drova. D’ailleurs, le maire Nolavy Roland Joachim, par le biais d’un communiqué recommande les usagers à ne pas emprunter le trottoir bordant cette clôture, plus précisément la partie en face de la Corniche et d’Amba­lanomby, pour éviter de mauvaises surprises.

Les cours suspendus dans la Boeny

Ce mauvais temps affecte encore une fois l’enseignement dans la Direction régionale de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel (Drenetp) de Boeny. Les cours ont été suspendus dans les établissements scolaires, durant la journée d’hier. Mais, lorsque l’annonce a été faite, beaucoup d’élèves étaient déjà sur le chemin de l’école, alors que les fortes pluies et les vents forts se sont amplifiés.

La reprise de l’enseignement n’est pas encore fixée. C’est pourquoi les parents ont été incités à suivre les informations. Durant ce mois, c’est pour la seconde fois que les cours ont été suspendus dans cette Drenetp, à cause des intempéries. Une situation qui remet en cause le calendrier scolaire, qui vient d’être remis à l’ancien agenda, pour arriver progressivement à une rentrée au mois de mars et des grandes va­cances durant les périodes de pluies.

Manou/Fahranarison

Les commentaires sont fermées.