Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Projet d’infrastructure : le potentiel économique dans le Sud à débloquer

Projet d’infrastructure : le potentiel économique dans le Sud à débloquer

Trois bailleurs de fonds cofinancent actuellement le Projet d’aménagement de corridors et de facilitation du commerce (PACFC) dont le principal objectif est le désenclavement de la partie sud du pays. L’Union européenne vient de boucler le financement de ce projet grâce à un don de 39 millions d’euros. La signature de l’accord s’est tenue hier, à Antaninarenina.

L’appui à l’infrastructure améliore les conditions de vie à Madagascar. « Plusieurs régions de la partie sud de l’île n’auront plus des difficultés liées à l’enclavement pour avoir accès au service de santé ou encore pour l’écoulement des produits agricoles », a fait savoir Giovanni Di Girolamo, chef de délégation de l’Union européenne à Madagascar à l’occasion de la cérémonie de signature, hier à Antani­narenina.

Concrètement, le PACFC concerne la construction des routes nationales RN9 et RNT-12A. Il établira également deux corridors sur les façades maritimes du Sud-ouest avec le port de Toliara et du Sud-est avec le port de Taolagnaro. Il prévoit aussi le renforcement des capacités des PME ainsi que le soutien des institutions en charge de l’import-export pour faciliter les échanges avec le continent africain.

Pour sa part, Hajo Andrianainarivelo, ministre de l’Amé­na­gement, de l’habitat et des travaux publics (MAHTP), a soutenu que « la finalité des grands projets d’infrastructure porte sur l’amélioration de la condition de vie de la population à travers la fluidité du transport, de la connectivité et du commerce, comme c’est le cas dans ce projet ». Avant de poursuivre que « Tout au long de l’année 2019, l’Etat malgache a signé jusqu’à 500 millions USD d’accords de financement dans le domaine de l’infrastructure ».

Au bénéfice des 3,36 millions d’habitants

A terme, le projet permettra de débloquer le potentiel économique des quatre régions du Sud dont la population est estimée à plus de 3,36 millions d’habitants. Et selon les prévisions, 300.000 personnes bénéficieront de formations sur les normes et la qualité exigées sur le marché d’ici 2024.

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (Bad) a approuvé le PACFC en 2018. Le coût total du projet est de 150,78 millions d’Unité de compte, soit près de 217 millions USD. Un prêt de 90 millions d’USD de la Bad, un don de 45 millions USD de l’UE, une contribution de l’Etat malgache à hauteur de 7,85 millions USD constituent le financement de ce projet.

 

Riana R.

Les commentaires sont fermées.