Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Prochaines sénatoriales : les élus indépendants incontournables

Prochaines sénatoriales : les élus indépendants incontournables

Les grands maires et conseillers municipaux indépendants seront incontournables lors des prochaines sénatoriales. Faisant partie des grands électeurs, ils éliront avec les autres maires élus, les nouveaux sénateurs.

Les résultats des dernières communales et municipales laissent apercevoir de scénario différent de celui de 2015. Con­trairement à ce scrutin de 2015, sauf changement, les sénatoriales sont prévues cette année et ne se joueront plus entre partis politiques. En effet, la plupart des maires et conseillers municipaux élus sont issus, soit de la plateforme IRK, soit des candidats indépendants d’un parti. C’est après que viennent les élus d’autres partis politiques tels que le Tiako i Madagasikara et l’ancienne plateforme de l’IRD.

Comme ces nouveaux maires et conseillers municipaux formeront les prochains grands électeurs qui vont constituer le collège électoral, les votes des élus indépendants seront sans doute de taille. Prenons le cas de la province d’An­ta­na­narivo où les candidats indépendants ont raflé la plupart des communes.

Ces candidats qui se présentent en leur nom personnel seraient même en tête à tête avec les candidats de l’Irk dans plusieurs municipalités, au détriment du parti Tim qui est en train de s’éclipser. En dehors d’An­ta­na­narivo, le duel se poursuit encore. En effet, à part les chefs-lieux de province et de district, les indépendants restent encore nombreux à avoir gagné les communales et municipales.

Alliance

Cependant comme ils se présentent individuellement, ces élus indépendants auront toutefois du mal à former un bloc unique dans chaque province. Par contre, ils pourront jouer un rôle d’allié à l’IRK pour avoir la majorité des sièges à la Chambre haute. Une alliance qui ne serait pas difficile à concrétiser pour ce parti dans la mesure où certains de ces élus indépendants sont des candidats qui n’ont pas été retenus, lors des primaires de l’IRK dans chaque commune. L’expérience mo­n­tre également qu’il est plus facile de rallier des élus indépendants plutôt que des élus d’un parti.

Une chose est sûre.  La bataille sera rude car les grands électeurs n’auront à choisir que deux candidats parmi les prétendants dans chaque province, si auparavant l’on comptait 7 sénateurs à élire. Un changement qui résulte de la réduction à 18 du nombre des sénateurs, dont 12 élus tandis que les six restants seront nommés par le Président de la Ré­publique. Bien évidemment, tout dépendra du gouvernement qui aura le dernier mot sur la décision d’organiser les sénatoriales cette année. En tout cas, l’inscription d’un budget de 24 milliards d’ariary dans la Loi des finances 2020 confirme pour le moment que ces scrutins auront probablement lieu.

Tsilaviny Randriamanga

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique