Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Bien sûr…

Bien sûr…

– Bien sûr qu’au sein du groupe de presse qu’il a fondé on se félicite de l’élection de Naina Andriantsitohaina à la Mairie d’Antananarivo.

– Bien sûr, que pour connaître l’homme et sa détermination à mener à bien ce qu’il entreprend, on s’en réjouit en tant que citoyen autant que pour les habitants de la capitale, davantage encore en prenant en considération son serment d’atteindre les objectifs développés lors de la campagne.

– Bien sûr que tout en lui apportant un soutien plus par conviction que par simple réflexe sentimental, les rédactions des différents organes du groupe resteront fidèles à l’esprit que Naina Andriantsitohaina lui-même a forgé et dont il a gravé l’empreinte : modération des propos élévation des idées. Les rédactions n’épouseront pas une ligne différente à rendre celle-ci partisane.

– Bien sûr que le redressement de la ville ne s’annonce pas tâche aisée, et que par delà la variété et le nombre de chantiers à entreprendre le maire devra ferrailler avec une opposition qui promet de mener un combat musclé au sein du conseil municipal.

– Bien sûr que l’on peut lui faire confiance de savoir se défendre tout seul, encore plus qu’il dispose des résultats de l’équipe précédente, résultats qui menacent d’inverser les rôles, de mettre les opposants dans leurs petits souliers jusqu’à prêter l’occasion de les fesser (tels des mômes pris le doigt dans un pot de confiture) : acculés dans une situation d’arroseurs arrosés.

– Moins sûr, mais avec de grandes chances de se vérifier très vite, de fortes rumeurs véhiculent qu’il n’y a pas que les rues que madame la Maire sortante et son équipe ont laissées pleines de trous apparents, à ce qu’il semble bien de livres de comptes renvoient à l’image d’un fromage de gruyère.

– Très sûr, une lecture en survol suffira à Naina Andriantsitohaina d’identifier l’endroit des trous, pire encore pour le matricule des responsables s’il se vérifie que les trous sont aussi larges et profonds que l’on le raconte… des milliards et milliards d’ariary.

Léon Razafitrimo     

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique