Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Programme Fihariana : signature de deux conventions de partenariat

Programme Fihariana : signature de deux conventions de partenariat

Représenté aujourd’hui au niveau des chefs-lieux de province ainsi que dans l’Itasy et le Vakinankaratra, le programme national Fihariana aura également ses agences au niveau des 23 Chambres de commerce et d’industrie du pays (CCI)  avec l’appui du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat (Mica). Fihariana scelle également son partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche (Maep) pour le projet « Akoho nakà ». A ce sujet, les conventions entre les deux parties ont été signées, hier.

Après neuf mois d’activités, Fihariana ambitionne de multiplier ses représentations au niveau des régions, à travers les CCI. Lors de la signature de la convention de partenariat, relative à l’installation des agences dans les 23 CCI, Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a indiqué que « les deux parties vont initiés des ateliers partagés ou Fab Lab, afin d’aider les entrepreneurs à renforcer leurs compétences techniques, humaines et managériales».

Valérie Zafindravaka, secrétaire exécutive du programme Fihariana a expliqué que « Fihariana possède déjà des agences dans les chefs-lieux de provinces (Toamasina, Mahajanga, Antsiranana, Fia­narantsoa, Toliara, Antanana­rivo) ainsi que dans l’Itasy et Vakinan­karatra. Cette année, nous procéderons à l’installation de bureaux dans les autres CCI ». « En somme, il s’agit de faire de chaque région des foyers de développement », a ajouté la ministre.

Projet « Akoho nakà »

Fihariana a également signé une convention de partenariat avec le Maep dans le cadre du projet « Akoho nakà », un volet de Fihariana destiné à valoriser et booster l’élevage de poulet de chairs et pondeuses.

« L’initiation de Akoho nakà est partie du constat selon lequel, la consommation de viande de poulet à Madagascar reste faible, comparée aux autres pays, soit 5,5 kg/an/personne contre 28 kg/an/personne à l’île Maurice. Ce créneau de marché représente ainsi de grandes opportunités pour les entrepreneurs du secteur », a soulevé à cette occasion Lucien Ranarivelo, ministre de l’Agriculture, de l’Eleva­ge et de la Pêche avant d’expliquer que « Des business plan type ainsi que des packs d’appui sont mis à disposition des entrepreneurs pour des projets d’élevage de plus de 500 têtes. Le projet sera démarré dans l’Analamanga ».

A ce sujet, Valérie Zafin­dravaka indique que « 72 entrepreneurs font actuellement partie du projet Akoho nakà. D’ici 60 jours, nous aurons 164.000 poulets supplémentaires pouvant être écoulés sur le marché. Nous ambitionnons d’appuyer jusqu’à 500 entrepreneurs ».

Arh.

Les commentaires sont fermées.