Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Evaluation du Gouvernement : le choix ne sera pas facile

Evaluation du Gouvernement : le choix ne sera pas facile

Dans quelques jours, les membres du gouvernement Ntsay rempliront les douze mois de contrat programme auquel ils sont soumis. Le président Andry Rajoelina prendra ainsi la décision finale sur l’avenir de chacun d’eux.

L’évaluation des membres du gouvernement Ntsay approche. Nommés par le président Andry Rajoelina le 24 janvier 2019, ils arriveront bientôt à la fin du délai du contrat programme auquel ils ont été soumis. Pour l’heure, l’on ne sait pas encore si le chef de l’Etat compte faire un mini-remaniement ou renouveler entièrement les membres du Gouverne­ment. Mais ce qui est probable, c’est que le président de la République fera face à un choix difficile entre prolonger et dissoudre le contrat avec chacun de ses ministres.

De multiples raisons attestent ce choix difficile. Tout d’abord, la composition même du Gouverne­ment. La plupart des ministres actuels sont en effet des compagnons politiques du chef de l’Etat. Ce serait en partie grâce à eux que le locataire d’Iavoloha a pu gagner la dernière élection présidentielle. Il est alors normal qu’il a fait d’eux ses proches collaborateurs, d’autant plus que ces derniers connaissent plus que quiconque son programme et ses ambitions.

Risques

Les évincer du Gouver­ne­ment pourrait être ainsi risqué vu que certains de ces ministres ont des élus au Parlement. D’ailleurs, quel­ques membres du Gouver­nement actuel ont même des maires élus provisoirement sous la couleur de leur propre parti. Les maintenir à leur poste serait par contre une bonne option afin d’harmoniser le développement déjà en marche.

L’autre raison est liée à l’aptitude de ces ministres. Malgré que certains d’entre eux semblent avoir failli à certaines missions, ils restent tout de même des bons piliers de la réalisation de la Politique général de l’Etat. Les remplacer pourrait ainsi menacer la continuité des projets et travaux déjà en cours.

Mais sur un autre plan, chaque ministre est censé savoir que le poste au sein du Gouvernement actuel n’est pas durable. Ainsi tôt ou tard, ils doivent quitter le poste s’ils n’ont pas atteint les objectifs fixés. Sinon, ils seront retenus et feront partie du troisième gouvernement Ntsay. Ce qui est déjà sûr, c’est que le chef de l’Etat va nommer des ministres aux deux postes encore vides. Il s’agit notamment du poste de ministre des Affaires étrangères et celui de l’Energie, de l’eau et des hydrocarbures, sans titulaire depuis quelques mois.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.