Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Rijasolo : « La résidence m’a donné plus de confiance en moi »

Rijasolo : « La résidence m’a donné plus de confiance en moi »

Le photographe Rijasolo, le grand lauréat de la troisième édition du Paritana, est de retour au pays, après avoir réalisé trois mois de résidence à la Cité internationale des arts à Paris. Ainsi, il nous livre ses expériences et surtout ses prochains projets qui s’annoncent exceptionnels, cette année. 

(*) Les Nouvelles : Comment s’est déroulée la résidence à la Cité des arts à Paris ?

(-) Rijasolo : En général, c’était riche en expérience et en rencontres avec d’autres artistes de différentes disciplines. Durant ces trois mois, je n’ai pas pris de photos, mais j’ai surtout travaillé sur mes archives. Avec mes 15 années de carrière, j’ai effectué la grande sélection de mes 70.000 photos. J’étais concentré sur le travail d’un artiste, le rôle d’une œuvre d’art… Etant donné que j’ai l’habitude de réaliser des photos de presses, cet univers est assez nouveau et différent. Donc, c’était plutôt un travail personnel auquel  j’ai acquis plus de confiance en moi. Après cette résidence, je comprends mieux les artistes et surtout l’art contemporain.

* Est-ce qu’il y aura une suite de ce programme à Madagascar ?

– Oui ! Au fait, durant mon séjour, j’ai donné une exposition dénommée «Ma­la­gasy» à Paris, durant laquelle j’ai dévoilé des portraits plutôt sociaux et politiques, des photos emblématiques de notre pays. Ainsi, j’aimerai refaire cette même exposition à Antananarivo.

* Actuellement, vous travaillez  sur un autre projet «Un logement digne pour tous / Projet Habitat». Pour­riez-vous nous expliquer le concept ?

– Avec l’Agence française de développement (AFD), je travaille en collaboration avec Dina Rasolofo. Nous avons suivi la vie quotidienne d’une dizaine de familles défavorisées dans les quartiers d’Anosibe et Antoho­ma­dinika… Avec une quarantaine de photos et des textes réalisés par Dina Rasolofo, nous avons donné une exposition itinérante dans la capitale. Après Le Louvre, l’AFT, et l’Île aux enfants, elle se poursuivra à partir du 6 au 12 janvier à l’école de l’urbanisme, du 13 au 18 janvier au Lycée français Ambatobe, du 20 au 25 janvier à la bibliothèque ATD Quart Monde, du 27 janvier au 1er février à l’AFD et enfin à l’Is’art galerie Ampasanimalo.

Holy Danielle

Les commentaires sont fermées.