Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Insécurité : le PM dénonce la complicité de certains responsables

Insécurité : le PM dénonce la complicité de certains responsables

En déplacement à Anjozorobe  jeudi, le Premier ministre Christian Ntsay n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour dénoncer les responsables de mèche avec  les bandits.

«Quelle que soit la localité à Madagascar, dès que l’insécurité fait parler d’elle, tout le monde est impliqué, que ce soit les représentants étatiques, les forces de l’ordre, ceux au niveau de la justice (…)», a indiqué le chef du Gouvernement lors d’une rencontre avec les autorités locales. Dénonçant en même temps la passivité et la complicité des certains responsables locaux, le Premier ministre n’a pas mâché ses mots. «Personne ne peut circuler librement dans les quartiers sans que les responsables ne soient au courant (…) », a-t-il ajouté en évoquant l’existence des responsables qui agissent pour le compte des malfaiteurs.

Ces temps-ci en effet, la localité d’Anjozorobe fait face à une inquiétante flambée d’insécurité. Ré­cemment encore, trois éléments de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale ont été tombés dans une embuscade à Amba­to­manoina. L’un d’eux a trouvé la mort sous les balles des bandits, l’autre a été blessé tandis que le troisième s’en est sorti indemne.

« Comment les malfaiteurs peuvent-ils se procurer en armes et munitions si ce n’est pas par le biais des forces de l’ordre (…) ? Nous avons tous des responsabilités à assumer », a poursuivi le Premier ministre.

Responsabilité partagée

Il semble que les bandits notoires ayant déjà sévi à Tsaratànana, se trouvent dans les environs de la localité. «Nous avons déjà pris des décisions par rapport à ces faits comme c’est le cas récemment à Tsaratànana. Il y a quelques mois, personne n’a voulu aller à Tsaratanàna. Je ne dirai pas que la situation soit rétablie à 100% là-bas. Mais il y a des avancées palpables », a soutenu le Premier ministre, tout en notant que si les bandits persistent encore aujourd’hui et qu’ils circulent librement à Anjozorobe, c’est qu’ils y trouvent un terrain favorable à leurs actions.

Pour y faire face, le Premier ministre a souligné qu’il faut trouver des solutions. «Il ne s’agit pas seulement de l’affaire des responsables étatiques. C’est notre responsabilité à nous tous. L’OMC local doit se réunir en fonction du contexte afin de trouver des solutions adéquates pour lutter contre l’insécurité», a-t-il souligné. Et de noter qu’il ne faut pas seulement attendre le président de la République, le Premier ministre ou encore les ministres concernés.

« Plus de 50% des solutions viennent des responsabilités locales », a-t-il soutenu. Des avancées ont été, en tout cas, enregistrées ces derniers temps en matière de lutte contre l’insécurité, que ce soit en zone urbaine ou rurale. A en croire d’ailleurs le locataire de Ma­hazoarivo, plusieurs responsables sont déjà sous les verrous pour complicité dans le cadre de la lutte contre l’insécurité. Il a cité, entre autres, des commissaires de police, des gendarmes et des officiers de l’armée, des anciens maires ou encore des délégués de l’Administration. « Le changement prôné par le président de la République n’est pas seulement par les paroles. C’est également à travers les actes », a-t-il plaidé.

Christian Ntsay donne le ton à Isandra

Après Anjozorobe, le Premier ministre Christian Ntsay s’est rendu à  Isandra, de la région Matsiatra ambony et a réuni tous les responsables de la région. Le volet sécurité a été le sujet principal mais le chef du Gouvernement en a profité pour évoquer d’autres sujets tels que la corruption et le développement régional.

 « Habituellement la sécurité est au centre de discours de la campagne électorale mais une fois élus, les candidats ne semblent pas tenir leur promesse », a noté le chef du Gouvernement. Cela, « contrairement au régime actuel qui fait de la sécurité sa priorité », a-t-il ajouté.

Il a ainsi appelé chacun à assumer ses responsabilités afin de garantir la paix et la sécurité dans la région. Parmi les dispositions à prendre figure la lutte contre la corruption dans toutes les branches de l’Administration. « La responsabilité n’incombe pas uniquement aux organes de lutte contre la corruption, mais chacun est concerné par ce fléau », a-t-il martelé. Ainsi, la confiance devra s’installer entre les forces de l’ordre, la justice et la population.

Le Premier ministre a également saisi l’occasion pour soulever la mise en œuvre de la politique de décentralisation en vue du développement de la région. « A part la nomination des gouverneurs facilitant les prises de décisions, ces derniers bénéficieront également d’un budget pour réaliser les projets de développement », a-t-il conclu.

J.P /T.N

Les commentaires sont fermées.