Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Restitution des Iles malgaches : Rajoelina et Ratsiraka montent au front

Restitution des Iles malgaches : Rajoelina et Ratsiraka montent au front

Quarante ans après la résolution des Nations unies de 1979 enjoignant la France d’entamer des discussions sur les Iles Eparses, une nouvelle dynamique est en train de voir le jour.   

Tout un symbole. Le chef de l’Etat, Andry Rajoelina et l’ancien président, Didier Ratsiraka, comptent réclamer ensemble avec le peuple malgache, la restitution des ces Iles malgaches. Telle était l’image marquante de la dernière journée de la concertation nationale d’hier à  Ivato. Les deux hommes ont montré que la solidarité constitue la meilleure option pour soutenir la bataille diplomatique. Une manière de démontrer également que les deux personnalités portent une attention particulière aux intérêts communs en choisissant  de primer la souveraineté nationale.

Loin d’être fortuite. C’est à l’initiative de l’ancien chef de l’Etat que le sujet a été abordé aux Nations unies à l’époque et qui avait abouti à la résolution 3491 du 12 décembre 1979. Une avancée majeure. «L’Assemblée gé­né­­rale des Nations unies invite le gouvernement français à entamer sans plus tarder des négociations avec le gouvernement malgache en vue de la réintégration des îles (précitées) qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar », note ladite résolution. Sauf que depuis, le sujet a été mis en veille.

Puis, la rencontre entre le président de la République malgache, Andry Rajoelina  et son homologue français Emmanuel Macron, au mois de mai, a accéléré le processus d’autant que les deux hommes se sont engagés à trouver une solution commune.

Adhésion populaire et solidarité

Durant son allocution d’hier, l’actuel locataire d’Iavoloha n’a pas manqué de s’adresser directement à son prédécesseur. « Je tiens à remercier l’ancien chef de l’Etat, l’amiral Didier Ratsiraka. C’est grâce à ses efforts que cette résolution a été obtenue ». Il a en outre confié qu’avant d’entamer ce processus, les deux hommes ont pris le temps de discuter

C’est dans cette optique que s’inscrit la concertation nationale qui s’est déroulée durant trois jours à Ivato. « Aujourd’hui, il existe déjà une tentative de division des Malgaches (…). Ensemble, nous pouvons parvenir à un objectif commun afin que Madagascar réussisse », a soutenu le locataire d’Iavo­loha, tout en appelant à l’unité nationale.

Et lui de souligner, « Tout comme nos aînés, restons unis pour défendre notre souveraineté ». « Depuis le retour à l’indépendance, les Malgaches n’ont jamais manifesté autant de ferveur pour revendiquer les Iles Eparses. Ce n’est pas le combat d’un homme mais de tout un peuple ».

L’objectif est justement d’offrir une plateforme d’échanges et une occasion pour tous les citoyens de s’exprimer sur la restitution de la souveraineté du pays sur ces quatre îles. « Soyons unis en dépit des appartenances politiques différentes (…). Allons-nous donner la main », a-t-il martelé, tout en précisant, toutefois, que  la restitution de ces îles fera partie d’un long processus que la partie malgache entend mener à son terme.

J.P

Des résolutions axées sur le principe de la souveraineté

C’est par le biais du Premier ministre, Christian Ntsay, que le comité scientifique a remis au chef de l’Etat Andry Rajoelina, les résultats de trois jours de concertation au Centre de conférence international  (CCI) d’Ivato. A ce titre, plusieurs résolutions ont été émises, entre autres,  le renforcement de la communication et de la sensibilisation, l’inscription de  ces Iles dans la Constitution et la cartographie de Madagascar ainsi que dans les programmes d’éducation.

Sur le plan diplomatique, il a été souligné que Madagascar devrait consolider sa collaboration avec d’autres pays, organismes internationaux ainsi que des partenaires techniques et financiers, en priorisant les partenaires respectueux de la souveraineté malgaches sur ces îles. Du reste, les participants ont aussi mis l’accent sur la préservation de l’environnement et la biodiversité de ces îles.

Didier Ratsiraka mise sur l’union nationale

En marge de la cérémonie d’Ivato, l’ancien président de la République, Didier Ratsiraka, s’est exprimé au sujet des Iles Eparses. Questionné sur ses actions inachevées qu’il a entamées en 1979, l’amiral a soutenu qu’à l’époque, l’adhésion populaire avait fait défaut.

« Nous avons obtenu une victoire aux Nations unies en 1979, mais il n’y a pas d’adhésion populaire, ni soutien d’un parti, ni d’un syndicat. Ce sont les autres pays, tels que le Cuba, l’Arabie Saoudite et l’Iran qui nous ont soutenus », a-t-il déclaré tout en indiquant « Nous devons nous unir ».

L’ancien locataire d’iavoloha a par ailleurs expliqué que Madagascar aurait pu obtenir ces Iles à travers des lobbyings, mais le contexte  international a été à l’époque houleux. Il a cité à cet occasion la Guerre des Malouines qui n’a pas permis d’évoquer le sujet sous la présidence de Mitterrand.

Quoi qu’il en soit, l’ancien chef de l’Etat ne semble pas perturbé par les dernières déclarations du chef de l’Etat français Emmanuel Macron citant «Ici c’est la France », lors de son déplacement sur les Glorieuses. Or, cette allégation a défrayé la chronique.

« C’est le cas pour le moment », a simplement répliqué l’amiral en notant auparavant que « le momentum géostratégique et politique ne coïncide pas nécessairement avec le momentum médiatique et psychologique ».

 

J.P

Les commentaires sont fermées.