Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Economie bleue : renforcement de la résilience des communautés de pêcheurs

Economie bleue : renforcement de la résilience des communautés de pêcheurs

Madagascar renforce la résilience des communautés de pêcheurs en récif corallien. Raison pour laquelle il met en œuvre le « Projet d’amélioration des moyens de subsistance, de la sécurité alimentaire et de la sécurité maritime grâce au renforcement de la résilience des communautés de pêcheurs tributaires de pêche en récif corallien ». Ce projet de trois ans reçoit l’appui du gouvernement du Japon et de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le «Projet d’amélioration des moyens de subsistance, de la sécurité alimentaire et de la sécurité maritime grâce au renforcement de la résilience des communautés de pê­cheurs tributaires de pêche en récif corallien» a été lancé hier. Le gouvernement du Japon y apporte un financement de 4,4 millions de dollars au profit de cinq pays à savoir le Kenya, les Co­mores, Maurice, Sey­chelles et Madagascar.

L’expertise technique de la FAO en matière de croissance bleue sera mise au service de ces pays afin de promouvoir la bonne gouvernance, les processus décisionnels participatifs et les meilleures pratiques en ma­tière de pêche et d’aquaculture, ainsi que l’amélioration de la qualité des produits de la pêche grâce à la réduction des pertes après capture.

« Madagascar dispose de peu de moyens pour surveiller la pêche. D’où l’intérêt de ce projet qui contribuera à conserver et utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines au service du développement durable. Il permet de lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) et de promouvoir la conservation des écosystèmes de récifs coralliens et de mangroves », a expliqué Tilahy Désiré Andrianaranintsoa, secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, hier, lors de l’atelier de lancement dudit projet.

Croissance bleue

«L’excès de l’exploitation halieutique cause une perte de 1,3 milliard de dollars pour les pays d’Afrique chaque année. La pêche artisanale dans les mers de corail est particulièrement vulnérable alors qu’elle est fréquemment pratiquée dans tous les pays insulaires de l’océan Indien », a soulevé à cette occasion Ichiro Oga­sa­ra­wa, ambassadeur du Japon à Madagascar.

Cette situation montre une fois de plus, la nécessité de mener des actions pour relever le défi de la croissance bleue. « Durant trois ans, le projet se focalisera sur l’amélioration de la gestion de la pêche des récifs coralliens tant pour la restauration et la protection, que pour la génération de revenus ; l’amélioration des chaînes de valeur de la pêche et l’accès aux marchés pour les produits de la pêche des récifs coralliens et la pêche INN et la sécurité maritime accrue », a-t-on expliqué du côté de la FAO.

Au terme du projet, la production, la commercialisation et la productivité de la pêche artisanale, devraient s’accroître ; la cohérence des politiques, stratégies et plans d’investissement dans le secteur de la pêche avec les politiques et stratégies de protection de l’environnement et les plans d’action connexes sera renforcée…

 

Arh.

Les commentaires sont fermées.