Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Conjoncture politique : Tim et HVM dans une logique de trouble

Conjoncture politique : Tim et HVM dans une logique de trouble

Alors que l’organe en charge des scrutins prévoit de présenter ce jour les résultats provisoires des communales, des formations politiques tentent de semer des troubles. C’est le cas notamment des partis Tim et HVM.

Une alliance contre na­ture en gestation. Une rencontre entre les deux anciens présidents, Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina, s’est déroulée récemment à Paris. Si, à priori, rien n’a filtré officiellement de la rencontre, tout porte cependant à croire que la défaite prévisible des candidats de ces formations lors des dernières élections semble être à l’origine de cette alliance. Ces temps-ci, les démarches de leurs partisans respectifs montrent en effet leur volonté de saper le processus de reconstruction en cours en fomentant des troubles.

Il est toutefois patent que ces formations optent pour cette démarche, car le Tim, en dépit de sa défaite, dispose encore de voie de recours légaux en matière de contentieux électoraux. Pendant ce temps, le HVM veut faire cause commune avec le Tim pour contester les résultats de la série d’élections qui ont eu lieu au pays. De quoi le HVM peut-il donc se plaindre puisqu’il était au pouvoir lors de la présidentielle ? D’ailleurs, les deux formations ont tout simplement été jugées par le peuple à travers les résultats qu’elles ont obtenus. En réalité tout semble indiquer que tout çela dé­passe le cadre électoral. Ces temps-ci, tout est prétexte pour déstabiliser le pouvoir en place.

Incitation à la révolte

Sur ce, cette rencontre entre les deux personnalités est loin d’être fortuite. D’au­tant plus qu’au même mo­ment, une rencontre entre les opposants au sein de la diaspora à la suite de l’appel de Fleury Rakotomalala, Fa­nirisoa Ernaivo et des res­ponsables du Tim s’est tenue samedi dernier. A cela s’ajoutent la déclaration ouverte du mouvement GTT Paris, un mouvement affilié à l’ancien chef de l’Etat Marc Ravalomanana, de renverser à tout prix le pouvoir actuel, ainsi que le discours à Bel Air samedi dernier qui affirme que ce n’est que le début d’une lutte. Il s’agit à priori de se mobiliser contre de soi-disant fraudes électorales et d’inciter, par la suite, à la révolte, comme en témoigne les appels lancés par la MBS TV et radio ainsi que sur les réseaux sociaux.

Quoi qu’il en soit, cette volonté de créer des troubles ne vise qu’à faire tomber l’actuel chef de l’Etat et, pour le Tim, de protéger l’intérêt de leur chef de file tout en cachant les malver­sations commises par son équipe durant le mandat de Lalao Ravalomanana à la tête de la CUA. Dans cette optique, le HVM se fait avoir en jouant le jeu du Tim. Le dernier communiqué de cette formation signé par l’un de ses ténors, dénonçant une soi-disant fraude électorale, s’inscrit dans cette logique.

 

Rakoto

Les commentaires sont fermées.