Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

State procurement of Madagascar : le statut juridique en cours d’élaboration

State procurement of Madagascar : le statut juridique en cours d’élaboration

Le statut juridique de la société State procurement of Madagascar (SPM) est en cours d’élaboration. Cette société d’Etat prévoit de procéder à l’importation directe de plusieurs produits pétroliers et de première nécessité (PPN) pour pouvoir intervenir en cas de forte hausse des prix sur le marché intérieur.

La création de la société State procurement of Madagascar (SPM) a été annoncé en Conseil des ministres, le 8 novembre. Son statut juridique est en cours d’élaboration, a annon­cé le ministre du Commerce, Lantosoa Rakotomalala.

La brusque hausse des prix de plusieurs PPN, dont celui de l’huile alimentaire en août, a incité l’Etat à créer la SPM. Lantosoa Rakoto­malala a précisé que «L’Etat reste souvent impuissant quand les prix s’envolent sur le marché alors que ce sont des produits sensibles qui influencent le pouvoir d’achat des consommateurs».

«La SPM ne sera toutefois pas en concurrence avec les importateurs privés, car elle se chargera de l’importation des produits jusqu’au port de Toamasina et les opérateurs privés approvisionneront le marché local», a poursuivi le ministre.

Les prix sur le marché restent élevés

Il est à rappeler que l’annonce d’une mesure provisoire sur les importations, notamment une hausse du droit de douane de 21% sur l’huile alimentaire importé en août, est à l’origine de l’envolée du prix de ce produit sur le marché local.

Depuis, le prix est passé de 5.000 ariary à 5.700 ariary. Il n’a pas changé même si le droit de douane n’a pas été finalement appliqué. Une nouvelle hausse des prix est même possible durant la période des fêtes, comme on le constate à chaque fin d’année.

Concernant la récente hausse des prix des PPN, le Directeur général de l’Auto­rité nationale des mesures correctives commerciales (ANMCC), Barthélémy, a précisé que «Ces augmentations ne sont pas forcément liées aux mesures correctives prises par l’ANMCC. 15.000 lignes tarifaires sont inscrites dans le Code des douanes malgaches. Seules quatre d’entre eux font l’objet d’une mesure corrective actuellement».

 

Riana R.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique