Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Behoririka : la Galerie Mialy dévorée par les flammes

Behoririka : la Galerie Mialy dévorée par les flammes

Un violent incendie a ravagé la Galerie Mialy, Behoririka, hier soir. Les dégâts sont énormes et les préjudices atteignent des centaines de millions d’ariary.

Ruines et cendres. C’est ce qui reste de la Galerie Mialy, Behori­rika, en proie à un violent incendie.

Le feu a pris son origine hier vers 18 h, dans un box situé au deuxième étage de l’établissement. Une photo prise de l’extérieur par un piéton, a montré la progression rapide des flammes, du deuxième au troisième éta­ge. Le feu a dévoré tout sur son passage.

20 soldats du feu mobilisés

Une vingtaine de sa­peurs-pompiers à bord de deux véhicules d’intervention, sont arrivés sur les lieux vers 18 heures 30.

En dépit d’une lutte acharnée, vers 19 h, les flammes ont commencé à consumer les parties extérieures de la construction. Par mesure de précaution d’un risque d’effondrement de l’établissement, la police a sécurisé la zone.

Partis en fumée

Les soldats du feu se sont introduits dans l’établissement pour maîtriser les flammes. Néanmoins, tous les stands des deuxième et troisième étages ont été ré­duits en cendres.

Alors que les pompiers croyaient avoir fini leur travail vers 19 h 30, le feu a subitement repris, là où l’incendie a pris son origine. Ils se trouvaient heureusement dans les escaliers et sont intervenus rapidement.

Origine inconnue

L’origine exacte du sinistre reste indéterminée. La valeur des préjudices n’a pas encore été établie. Cepen­dant, l’on sait que ce centre commercial est constitué d’une vingtaine de magasins de vente de vêtements et d’appareils électroménagers.

D’après les explications, certains commerçants ont déjà reçu leurs commandes de marchandises destinées aux fêtes de noël et de fin d’année, et les ont stockées dans leur box respectif.

 

Ando Tsiresy

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique