Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : un kilomètre en voiture, ça use, ça use, Ça use les nerfs et la toto

 

 Les bouchons dans tous les quartiers de la ville ça n’a sûrement pas aidé les électeurs à trouver de l’ardeur pour aller voter, même si la proximité des bureaux de vote respectifs de chacun dispensait le déplacement en voiture. Les difficultés de circulation s’ajoutant à d’autres problèmes entretiennent sinon une mauvaise humeur au moins cultivent une sorte de paresse à se mouvoir à l’extérieur. Quel que soit le mode de déplacement depuis que les travaux de réfection des rues ont commencé, on double facilement le temps de trajet : une heure le matin une heure en fin de journée auparavant font quatre heures actuellement, en fin de semaine ça fait pas mal dans les jambes ou au système nerveux. Il n’y a pas à dire, autant ces embouteillages surtout dans les rues en pente éprouvent le mécanisme et consomment du carburant autant à la longue ça ronge les nerfs tant du conducteur que ceux des passagers. Évidemment que l’on ne va pas se plaindre d’un bien que les pouvoirs publics entreprennent, mais il arrive trop souvent que la programmation des chantiers donne la désagréable impression de ne suivre ni logique ni organisation ordonnée, et qu’à faire télescoper des problèmes venant de deux directions différentes, ce qui signifie ajouter une perturbation à une autre difficulté , ne constitue pas problème pour les organisateurs.
Ça a été un loupé lors des élections, la population doit-elle s’attendre à subir les mêmes désagréments en cette période de l’Avant, qui précèdent les fêtes de fin d’année. La population n’ignore pas que les travaux urgent, que la saison des pluies menace, dans le fond elle sait gré aux autorités publiques de s’être attaquées à ce chantier et d’avoir su de si tôt prendre des travaux aussi gigantesques à bras le corps. Plus on en fait plus l’opinion publique serait-elle exigeante ? Tout bonnement bien des gens auraient souhaité de leurs dirigeants responsables de ces travaux, qu’en plus de la débrouillardise à avoir trouvé les moyens pour entreprendre ces travaux, ils manifestent un peu plus de souci pour soulager des désagréments la population et fassent preuve de bon sens et de perspicacité en étalant différemment les interventions des entreprises de travaux publics. Le fait que l’on mette les usagers devant les dispositions prises avec un minimum d’infos préalables renforce l’idée des gens à croire que l’on décide de façon improvisée au dernier moment ou que peut-être les entreprises n’effectuent les travaux qu’au rythme des déblocages des crédits.


Léo Raz     

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique