Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : Black Friday

Savez-vous quel jour nous étions hier ? Dimanche. C’était aussi l’ouverture de l’Avent, qui, traditionnellement, nous invite à nous préparer intérieurement  et spirituellement à célébrer Noël.Chez nous, on en parle peut-être dans les églises et dans les temples mais la tradition de l’Avent n’a pas franchi les portes des maisons, si ce n’est avec des chocolats dans un calendrier. Mais Noël, on connaît ! Depuis une dizaine de jours, les devantures des magasins et la publicité nous donnent des leçons pour être de bons consommateurs pour les fêtes de fin d’année. Si on ne sent pas d’humeur à préparer Noël, tant pis pour nous.

En bons élèves soucieux de se conformer au modèle de l’individu à la recherche du bonheur, proposé avec insistance par ce qu’on appelle « l’occident », nous répondons présents à toutes les sollicitations. Aprèsle christianisme, la république, la Saint Valentin et Halloween, nous avons adopté le Black Friday. Pour ne pas oublier la date, les uns se souviendront que c’est le vendredi qui précède le premier dimanche de l’Avent.  Les autres sauront désormais que l’Avent commence après le vendredi dédié aux achats à prix cassés.

Pour un peu, en fermant les yeux et en se bouchant le nez, on se croirait ailleurs que dans notre capitale, dans un de ces ailleurs qui font rêver quand on regarde des films et des séries qui chantent la mélodie du bonheur, celui-là même que la frénésie d’achat est censée nous apporter. Si on ne peut pas prendre l’avion pour « sortir », au moins peut-on consommer, comme là-bas !  Et on en oublierait presque que Madagascar est toujours un pays pauvre où les prix cassés du Black Friday ne sont pas destinés à satisfaire une classe moyenne qui tire le diable par la queue ni ceux qui gagnent le salaire minimum, encore moins ceux qui ne gagnent pas le salaire minimum.

Pour ceux qui auraient raté le Black Friday, les magasins sont toujours ouverts parce qu’il faut maintenant acheter les cadeaux de Noël. On vit une époque formidable.

 

Kemba Ranavela

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique